Le quotient émotionnel, une nouvelle méthode de recrutement au travail ?

Très longtemps, les entreprises ont recruté sur base de vos aptitudes et votre quotient intellectuel. On mesurait surtout nos apprentissages. Actuellement, les choses changent. Aujourd'hui, on s'intéresse au quotient émotionnel.  Jean-Olivier Collinet, de Jobyourself, nous explique tout.

6 managers sur 10 estiment que le quotient émotionnel est au moins aussi important que le quotient intellectuel et plus de 70% des recruteurs estiment important de retrouver cette compétence chez une personne à recruter.

 

C’est quoi ?

Dans le monde de l’entreprise, on a, longtemps, travaillé en parlant du quotient intellectuel qui est notre capacité à emmagasiner des informations et à les transmettre. Le quotient émotionnel s’intéresse à la manière dont on va transmettre cette information à la manière dont on gère les informations.

Le quotient émotionnel a une part d’inné mais il s’apprend, il s’entretient. Le quotient intellectuel est, lui, inné. Il est donc possible de développer nos aptitudes.

En quoi le quotient émotionnel est-il important pour l’entreprise ?

Le quotient émotionnel va permettre de qualifier vos réactions.

  • Comment gérez-vous les interactions dans une équipe ?
  • Comment vivez-vous les contrariétés ?
  • Comment vous adaptez-vous au changement ?

En clair, cela permet de mieux constituer les équipes.

 

Qu’est-ce qui influence notre quotient émotionnel ?

Lorsque l’on essaiera de mesurer votre quotient émotionnel, certaines questions vous seront posées :

  • Stressez-vous facilement ?
  • Êtes-vous rancunier ?
  • Est-ce que vous vous vexez facilement ?
  • Vous sentez-vous souvent incompris ?

On va essayer de comprendre vos réactions par rapport à certaines situations :

- Les personnes qui stressent facilement auraient un bon coefficient émotionnel. Le tout est de savoir pourquoi on stresse. Si on ne gère pas son stress, que l’on ne connaît pas la cause, ça influence négativement notre quotient émotionnel. Si on sait gérer son stress et qu’on en connaît la cause, c’est bénéfique.

- Les gens qui ont un vocabulaire émotionnel développé ont un bon quotient émotionnel. Il est donc important de pouvoir et de savoir communiquer ses émotions et son ressenti.

- Savoir s’affirmer. Les personnes qui ont des difficultés ont généralement un coefficient beaucoup plus faible.

Ces différentes attitudes ne sont pas innées. Ce sont des aspects que l’on peut travailler via des formations, par exemple.

 

Et quid ?

Pour les recruteurs, ce n’est qu’un outil. Çà ne remplace pas les méthodes habituelles. C’est un plus. Beaucoup de recruteurs estiment cela important parce que cela leur évite de passer au-dessus de belles personnes qui seraient tout à fait à l’aise dans l’entreprise mais qui n’ont pas de grands diplômes.

Les grands leaders ont un quotient émotionnel élevé. Ce sont souvent des gens qui savent écouter.

 

On en parle dans son CV ?

Oui, c’est important de mettre ce genre de choses dans leur CV. Ce sont des indications précieuses pour un recruteur.

Vous pouvez également réaliser des tests de personnalité et mettre vos résultats en lien dans votre curriculum.

Exemple : Les 16 personnalités https://www.16personalities.com/fr/test-de-personnalite

A lire

Travis Bradberry – Intelligence émotionnelle 2.0

https://gladiacteur.com/intelligence-emotionnelle/

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK