Le Mayflower symbole de l'Amérique d'hier… et d'aujourd'hui ?

Le Mayflower symbole de l'Amérique d'hier... et d’aujourd’hui ?
Le Mayflower symbole de l'Amérique d'hier... et d’aujourd’hui ? - © Tous droits réservés

Le 16 septembre, il y a exactement 399 ans, le Mayflower quittait Plymouth en Angleterre pour l’Amérique. Qu’on arrive sur le bateau Mayflower ou que l’on soit sur le vaisseau qui est allé sur la lune, c’est toujours un air américain, un american tune, comme le chantent Simon and Garfunkel. L’Oeil de Pierre Marlet sur la légende du Mayflower dans Matin Première.

 

Et c’est un des épisodes les plus symboliques de l’histoire des futurs Etats-Unis d’Amérique. Les passagers traversent l’Atlantique pour fonder une colonie ; ils accostent deux mois plus tard dans ce qui est aujourd’hui le Massachussetts, mais à l’époque cette terre est baptisée Nouvelle-Angleterre.

Et aujourd’hui encore, le chic du chic aux Etats-Unis c’est d’être un descendant de ces pères fondateurs du Mayflower. C’est le cas par exemple de la famille Bush qui a donné deux présidents à l’Amérique. On peut citer également Humphrey Bogart, Richard Gere, Clint Eastwood et Marilyn Monroe.

Le Mayflower fait ainsi partie de la légende nationale américaine.

Pourquoi est-il à ce point légendaire ?

C’est vrai après tout, d’autres bateaux ont également emmené des colons en Amérique du Nord. En effet, les Espagnols ont créé de nombreuses colonies aux Antilles, au Mexique et en Amérique du Sud.

Et à l’époque du Mayflower, au début du 17e siècle, plus au nord, Champlain vient de créer Québec pour le compte du Roi de France et à proximité de l’endroit où a accosté le Mayflower, les Hollandais ont créé La Nouvelle Amsterdam sur l’île de Manhattan, qui sera baptisée New York quand ils la céderont aux Anglais. Mais toutes ces expéditions se font au nom d’un Roi, d’un pays, d’un Etat.

Le Mayflower lui emmène des colons qui fuient la répression religieuse en Angleterre. A bord, il y a 35 pères pèlerins, des prédicateurs qui veulent vivre dans un Nouveau monde selon leurs principes puritains. Ce sont des réfugiés religieux en somme et leur démarche s’inscrit parmi les mythes fondateurs de la culture américaine.

Le Mayflower symbole de l’Amérique d’hier et d’aujourd’hui

Pourquoi ?

  1. D’abord l’esprit d’entreprise individuel. C’est le mythe des pionniers, de ces colons qui se retrouvent au milieu de nulle part et qui doivent tout construire par eux-mêmes. Rien à attendre d’un Etat, c’est déjà le "do it You self", bien avant les Brico et les armoires Ikea. L’idée du self-made-man à l’américaine est au cœur des valeurs américaines, orientées vers le pragmatisme et l’esprit pratique.
  2. Ensuite, il y a l’importance de la religion qui figure, ne l’oublions pas, en toutes lettres sur l’emblème des Etats-Unis : in God we trust. La confiance en Dieu, c’est ce qui rassemble les colons du Mayflower. Au cœur de tout cela, il y a la liberté religieuse qui à l’époque n’est pas possible en Europe. L’Amérique sera une terre de prédications, d’églises, de sectes et l’esprit religieux y restera présent.
  3. Enfin, il y a le rêve américain. L’Amérique, terre promise. Le monde de tous les possibles, là où tout est à construire. Celui qui permet de bâtir des fortunes comme John Rockefeller, celui de la conquête de territoires, c’est le mythe du far West, celui aussi où tout immigrant peut réussir du moment qu’il a le talent, la volonté et la force de caractère.

Et en quoi le Mayflower résonne-t-il par rapport à l’Amérique de Donald Trump ?

Tout d’abord, il rappelle combien la religion et singulièrement le puritanisme font toujours partie intégrante des Etats-Unis d’Amérique. Ce qui donne à ce pays une sorte de messianisme, de mission vertueuse à transmettre au monde entier avec un sentiment qu’il a la mission de transmettre au monde le Bien et la morale.

Aujourd’hui, la politique du président des Etats-Unis s’appuie d’ailleurs sur les valeurs traditionnelles issues du Mayflower. Mais ses détracteurs se réfèrent également au Mayflower pour justifier que l’Amérique est depuis toujours une terre d’immigration et s’opposer donc au mur de la frontière mexicaine. En tout cas, 399 ans après, le Mayflower résonne toujours comme un american tune, un air américain, enfoui au plus profond de la culture américaine.

 

Réécoutez l’œil de Pierre Marlet dans Matin Première

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK