Le langage SMS bouscule la ponctuation ! Non ? Si…

Le langage SMS bouscule la ponctuation ! Non ? Si…
Le langage SMS bouscule la ponctuation ! Non ? Si… - © Tous droits réservés

Chronique mediaTIC du mardi 03.12.2013

Après l’orthographe, le langage SMS va-t-il influencer la ponctuation ? C’est la question que pose un professeur de linguistique à l’Université de Pennsylvanie aux Etats-Unis. Mark Liberman a confié au magazine américain New Republic que c’est son fils de 17 ans qui lui a fait prendre conscience de ce phénomène. " Il n’y a pas longtemps, il m’a fait remarquer que dans mes textos, je paraissais extrêmement sur de moi, et même agressif. Tout ça parce qu’à la fin j’utilisais le point final par habitude. "

Explication par l’exemple. Georges, vous m’envoyez un message pour me demander si j’ai trouvé un sujet pour ma chronique. Si je vous réponds " Oui " sans point final, la discussion reste ouverte. Mais si je vous réponds " Oui " avec point final, vous allez interpréter ma réponse au mieux comme " je n’ai pas le temps de discuter", au pire comme " fous-moi la paix, tu me prends pour un nul ? Tu sais bien que je trouve toujours un sujet. "

Exemple tout-à-fait imaginaire bien sûr. Evidemment ! Point d’exclamation. En fait, aujourd’hui, il y a de nouvelles formes d’expression écrite qui sont beaucoup plus proches du discours oral. Il est donc logique que la ponctuation soit perçue différemment. Dans le langage SMS, la ponctuation véhicule de plus en plus le non-dit. Ce qui à l’oral, s’exprime par exemple par l’intonation. Dans la communication instantanée, la ponctuation rend compte de l’humeur des personnes qui en quelque sorte, discutent par écrit.

Il y a d’autres exemples, on connait depuis longtemps la signification des lettres capitales dans les textos, c’est comme si vous étiez en train de crier. Les guillemets ne servent plus à introduire une citation, mais à exprimer l’ironie. Et on pourrait multiplier les exemples, même au-delà de signes de ponctuation. Combien de reproches ne sont pas adoucis par un smiley qui fait un clin d’œil? Et aujourd’hui, le point à la fin d’un message exprime donc une sorte de refus de discuter ou d’aller plus loin.

D’autres facteurs jouent aussi. Sur Twitter par exemple, quand le message est plus long que les 140 caractères fatidiques, la première chose que l’on vire, c’est évidemment la ponctuation, sauf si ça change le sens du tweet.

C’est aussi une question de génération. Ce sont les générations montantes qui donnent le ton parce que ce nouveau monde est le leur. Et donc aussi le langage qu’on y parle. Comme toujours ce débat va sans doute s’enflammer. Mais la langue ne cesse jamais d’évoluer. Rappelons-nous qu’on n’a pas attendu internet pour enterrer le point-virgule…

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK