Le journal du web de Robin Cornet

Le journal du web de Robin Cornet
Le journal du web de Robin Cornet - ©

A quelques mois des élections, la France et l’Allemagne s’organisent face à la prolifération des fausses informations sur les réseaux sociaux.

" La France doit impérativement se préparer à des tentatives de déstabilisation de ses prochains scrutins électoraux ". C’est ce qu’a dit le Ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, qui a cependant précisé qu’il n’y avait, à ce stade, aucun indice d’une tentative d’ingérence étrangère. En France, ou en Allemagne, la désinformation vient de l’intérieur. Et elle est quotidienne. L'exemple dont tout le monde parle, en Allemagne en ce moment, c’est un article du site américain d’extrême droite Breitbart, dont l’un des fondateurs est un proche conseiller de Donald Trump. Il a affirmé, qu'à Dortmund, une église avait été brûlée par des musulmans pendant le réveillon de Nouvel an. La police allemande a démenti. Les photos publiées par Breitbart montraient bien une intervention de police lors d’un rassemblement devant l’église. Mais pour des feux d’artifice utilisés dangereusement.

Sur Breitbart, c’est devenu : "une foule d’un millier de personnes attaque la police et met le feu à l’église". Cette pratique, de partir d’un fait réel pour le détourner, est tout à fait typique des nombreux pseudo-sites d’information émanant de mouvances d’extrême droite. Breitbart a annoncé son intention de lancer prochainement des versions en Allemand et en Français... Pour mieux répondre aux intox, l'Allemagne envisage de créer un "Centre de défense contre les fausses informations" (ce que des internautes ont ironiquement baptisé un "ministère de la vérité").

----------------------------------------------------------

Les journalistes aussi organisent la ripostent...

Vendredi, à Paris, des représentants d'une flopée de grandes rédactions françaises - comme Le Monde, Radio France ou l’Agence France Presse - participaient à une réunion de "First Draft". C’est un nouveau réseau international de médias, créé en septembre, par des acteurs comme Google, l’agence Reuters, Facebook et Twitter…

Des journalistes du monde entier qui coopèrent pour vérifier rapidement des rumeurs qui circulent. Une plateforme Internet permet aux 300 rédactions participant de partager des éléments pour pouvoir investiguer ensemble un même sujet.

Une tendance au sein des rédactions françaises et allemande : donner plus de place à la parole citoyenne pour mieux entendre, mieux comprendre, les inquiétudes... Ainsi, par exemple, le journal Le Parisien a annoncé qu'il ne dépenserait plus d'argent dans l'achat de sondage, dont la validité a été mise en doute après le vote sur le Brexit ou l'élection de Donald Trump mais qu'il prendrait plus de temps pour écouter les citoyens de tous horizons.

En Allemagne, une journaliste de la Deutsch Welle, la radio publique, plaidait dans un éditorial, pour que rédactions soient plus attentives aux préoccupations qui expriment sur les réseaux sociaux - et notamment en ce qui concerne l'immigration - car en ne traitant pas assez ces sujets, dit-elle, ils laissent le champ libre aux sites internet populistes.

On assiste aussi à une prise de conscience dans les écoles... De plus en plus d'enseignants apprennent aux élèves à décoder et à repérer les intox sur le Web... et là, si ça vous intéresse, je vous renvoie vers un long reportage sur le site Rue89 dans une école de Savoie. C'est très intéressant.

----------------------------------------------------------

Donald Trump a réagi au discours prononcé par l’actrice Meryl Streep à la cérémonie des Golden Globes.

Étonnement, Donald Trump, aura mis 12h avant de réagir… Sans doute le temps de peser ses mots (non, je plaisante).

Il écrit " Meryl Streep, l’une des actrices les plus surcotées d’Hollywood, m’attaque sans me connaître. Elle est un larbin d’Hillary qui a perdu gros ", a écrit Trump dans le style qu’on lui connait.

Depuis quelques temps, un mystérieux internaute réécrit les tweets de Donald Trump dans un style plus "présidentiel". En termes plus diplomatiques, plus élégant, plus convenu aussi… mais c’est très drôle…

Par exemple, sur Meryl Streep, il corrige le tweet original par ces mots : " Meryl Streep a montré de la passion et de la grâce sur scène. Elle exprime les inquiétudes de beaucoup et elle a été entendue. ". Quand Trump exprime ses bon vœux en écrivant, " Bonne année à tous, y compris à mes nombreux ennemis et ceux qui m’ont combattu et on perdu si lamentablement qu’ils ne savent plus quoi faire "… Le correcteur écrit, magnanime : " Bonne année à tous, y compris à mes opposants qui ont lutté pour leurs idées. Que 2017 nous apporte unité, paix, harmonie et amour ". Le compte s’appelle Mature Trump Twts (les tweet d’un Trump Mature), il est suivi par 72.000 internautes.

Robin Cornet

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK