Le journal du web de Robin Cornet

L'événement de cette nuit, c'est évidemment la cérémonie des Golden Globes toujours très commentée sur les réseaux sociaux.

Cette année, c'est en particulier le discours très politique de l'actrice Meryl Streep que les internautes auront retenu. Elle s'en est prise à Donald Trump dont elle a salué les talents de comédien.

----------------------------------------

Des bonnes sœurs d’un monastère de la région de Bruges ont lancé leur chaîne YouTube.

Elles ne sont pas les premières. De plus en plus d’ecclésiastiques utilisent activement les réseaux sociaux. L’évangélisation, version 2.0… Assez logique, finalement, que le prosélytisme religieux s’empare de la puissance des outils de communication modernes. Le Pape lui-même est sur Twitter et Instagram (pas encore Facebook, bizarrement). Le Pape François qui a appelé les catholiques a être " des citoyens numériques constructifs " et a utiliser les médias sociaux. C’est ce que font depuis Noël, les sœurs bénédictines de Notre-Dame de Béthanie, près de Bruges. Consciente que les gens regarde plus volontiers de courtes vidéos qu’ils ne lisent de longs discours, elles ont lancé une chaîne YouTube. Particularité, elles y dévoilent leur vie à l’intérieur du couvent. Les vidéos sont très professionnelles avec des traveling, des scènes aériennes filmées par drone. Le contenu du message, lui, est moins moderne. C’est certes un témoignage sur leur vie de nonnes… mais les clips évoquent surtout leur relation à Dieu et évoquent évidemment des messages bibliques. Avec leurs voiles et leurs vêtements beige et blancs, les sœurs du prieuré Béthanie font d’improbable youtubeuse. Et c’est sans doute pour ça qu’elles ont intéressé différents médias ces derniers jours...

Les bénédictines du prieuré Béthanie ont aussi leur page Facebook, en neerlandais… mais elles ne sont pas encore très actives sur ce terrain là.

----------------------------------------

L’histoire, de Kika, un chien-guide pour aveugle…

Ce chien est équipé d’une caméra qui livre, sur Twitter, un témoignage inédit sur les difficultés rencontrées par les mal-voyants en ville.

Kika a son propre compte Twitter où il raconte ses périples dans les rues de Londres. Au bout de la laisse, le labrador guide Amit Patel, un jeune médecin, qui a brutalement perdu la vue, il y a quelques années, à cause d’une maladie rare. Sur les trottoirs, dans les couloirs du métro ou sur les passages cloutés, Kika est ses yeux. Sa vigilance lui a déjà évité d’être renversé par une voiture. Les itinéraires ont beau être habituels, ils restent semés d’embuches. Avec sa caméra Go-Pro fixée sur le dos, Kika filme la ville à sa hauteur, avec ses travaux, ses obstacles, sa circulation. "L’une des choses que j’ai remarqué en perdant la vue" explique Amit Patel, "c’est combien je peux être seul et vulnérable". Des agents du métro qui l’ignorent. Des taxis commandés qui arrivent mais finalement ne s’arrête pas. "La vidéo était devenue une nécessité" estime Amit Patel… Pas seulement parce qu’elle lui permet de filmer ces contrariétés et occasionnellement de se plaindre et d’attirer l’attention des autorités ou de la société des transports en commun. Amit Patel raconte que lui - et surtout Kika - sont de plus en plus la cible d’abus. Coup de sacs, coup de parapluie… Souvent des travailleurs pressés qui s’exaspèrent de le voir avancer lentement ou occuper un peu de place dans le métro. Les incidents sont très fréquents et quand il s’en produit un, c’est l’épouse d’Amit Patel qui visionnent les images et qui les publie sur Twitter.

Robin Cornet

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK