Le jeûne, une solution à tous nos maux?

Diabète, hypertension, obésité, cancer… Le nombre de maladies explose, celui de la consommation de médicaments aussi. Et si le jeûne représentait une autre voie thérapeutique ? Ne serait-il pas en passe de devenir un remède aux maux d'une époque qui se perd dans l'excès ? On en parle dans Tendances Première avec Jean-Paul Thissen, Chef de Clinique au Service d'endocrinologie et nutrition à l'Hôpital St-Luc à Bruxelles

Qu’est-ce que le jeûne ?

Il s'agit, généralement, d'une période pendant laquelle on effectue une restriction calorique. Précisons cependant que le jeûne n'est pas inévitablement lié à une restriction calorique. Cette alimentation se présente sous plusieurs formes, sur des périodes plus courtes ou plus longues : 

  • Jeûne alternatif : un jour, manger très peu; un jour, manger abondamment; 
  • Jeûne intermittent :  5 jours d'alimentation classique; 2 jours de restriction;
  • Jeûne physiologique : dit également jeûne nocturne. Entre 8h et 12h sans manger.

Il est important de rappeler que le jeûne ne concerne que l'apport en calories et non l'hydratation. Il est d'ailleurs primordial de boire pendant un jeûne. Ne dit-on pas classiquement que l'on ne peut pas vivre plusieurs jours sans boire?  

Le jeûne, une solution à tout ?

Selon le médecin, l’avis doit être nuancé en fonction des pathologies. Le diabète et l'obésité sont effectivement des maladies de civilisation pour lesquelles une restriction calorique ou une perte de poids peuvent être bénéfique.

"Dès que vous réduisez votre apport calorique, on sait que le pancréas fonctionne mieux et on sait que l’insuline va mieux agir au niveau du foie. Donc la perte de poids par le jeûne est certainement un très bon traitement pour le diabète sucré de type deux " explique-t-il.

Plus particulièrement dans le cas de l'obésité, le jeûne intermittent (2J/5J) n'a pas de bénéfices supérieurs par rapport à une restriction calorique. Pour le médecin, "ça fonctionne, mais cela ne fonctionne pas mieux qu'un régime classique". De manière générale, le jeûne ne présente pas plus d'avantages par rapport à un régime, même si l'on observe une perte de poids très rapide au début du processus, comme pour les régimes faibles en glucides.

 

De plus, comme pour les régimes, l'effet yoyo n'est pas impossible. Le médecin nous explique que "l'organisme, soumis de façon répété à des périodes de jeûne, peut s'adapter et devenir résistant à ce genre de mécanisme". On observe, par exemple, chez certains peuples qui ont connu de longues périodes de famine, un développement de l'obésité plus marqué que chez nous, lorsqu'ils adoptent une alimentation occidentale.

Un effet de mode ?

Le jeûne n'est pas qu'un effet de mode, en effet, ce processus est connu depuis très longtemps. De plus, une série d'expériences très sérieuses ont été faites sur les animaux. Celles-ci révèlent des bénéfices dans certains domaines comme la longévité, le contrôle du poids, la prévention de certaines maladies.

Cependant, nous ne sommes pas en mesure aujourd'hui de déterminer scientifiquement l'ensemble des bienfaits que les jeûnes procurent. C'est pourquoi "les gens qui disent jeûner pendant une semaine, je ne vois pas le grand intérêt, je vois plutôt des risques, surtout si ces personnes font une activité physique importante. Je parle bien évidemment ici du jeûne absolu " nous dit le médecin. 

 

 

Le jeûne dans le cas d'une perte de poids? D'une dépression? Comment mettre en place une alimentation discontinue et pourquoi? Réécoutez l'émission pour en apprendre plus sur cette thérapie! 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK