"Le coup de foudre, c'est celui qui vous rend merveilleux."

"La cible d'amour" Detail des anges. Peinture de Francois Boucher (1703-1770)
4 images
"La cible d'amour" Detail des anges. Peinture de Francois Boucher (1703-1770) - © AFP

De Ramsès II à André Breton, l'historien Jean-Claude Bologne narre la séculaire épopée de l'amour-éclair.

Ramsès II a presque soixante ans lorsqu'il tombe amoureux au premier regard d'une jeune princesse dont il fait aussitôt son épouse : voici le premier "coup de foudre" historiquement attesté.

L'expression "coup de foudre" a été employée pour la première fois en 1741, en pleine période des Lumières. "Surtout en pleine période libertine. Auparavant, on parlait d'amour immédiat, d'amour instantané, ou tout simplement des flèches de Cupidon".

Stendhal, qui trouve l'expression ridicule, en convient : "La chose existe".

Aujourd'hui, elle est loin d'être remise en question !


 

Mais comment s'explique cette mystérieuse et soudaine attirance entre deux êtres ?
Par la sensibilité ou la science (des atomes crochus… ou des phéromones) ?
Le surnaturel (la flèche de Cupidon… ou l'intervention du Malin) ?
Une pure attraction physique ou un phénomène chimique ?


Si le coup de foudre conserve toute sa part de mystère, Jean Claude Bologne, dans son ouvrage Histoire du Coup de foudre (Albin Michel), en donne une lecture aussi inattendue que pertinente. En s'appuyant sur de nombreux récits empruntés à l'Histoire, à la légende et à la littérature, son enquête soulève au passage un passionnant paradoxe : notre époque cultive l'individualisme, la sécurité et le rationnel, mais elle ne rêve que de passions "enchaînantes", de surprises et de risques…

Le coup de foudre peut, à certaines époques, libérer les femmes et, à d’autres, les contraindre.

Quant à l’auteur, ses coups de foudre sont artistiques et sont le foyer de ses plus belles attentes...

 

Réalisation : Pascale Tison - Par Ouï-dire

"On se sent rayonner parce que dans le regard de l'autre on se sent exister (...) et c'est tout à fait compatible avec le narcissisme contemporain."

Le coup de foudre - textes

"Réponse"

Je vous ai vue à peine et vous m’êtes ravie;
Mais à vous mériter je consacre ma vie
Et du sombre avenir j’accepte le défi.

Pour s’aimer faut-il donc tellement se connaître,
Puisque, pour allumer le feu qui me pénètre,
Chère âme, un seul regard de vos yeux a suffi?

François Coppée, L’Exilée (1877)

 

 

 

" A l’instant je me sentis percé comme par un trait qui m’atteignit le fond de l’âme,
mes cheveux se dressèrent sur ma tête,
un froid courut sur tout mon corps,
mes jambes tremblèrent sous moi,
la sueur vint sur mon front,
je me sentis ému jusqu’à la moelle du cœur. "

Aymon de Virieu, 19e s.

"Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue; Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue; Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler; Je sentis tout mon corps, et transir et brûler. Je reconnus Vénus et ses feux redoutables, D'un sang qu'elle poursuit tourments inévitables. Par des voeux assidus je crus les détourner: Je lui bâtis un temple, et pris soin de l'orner; De victimes moi-même à toute heure entourée, Je cherchais dans leurs flancs ma raison égarée."

Phèdre, Jean Racine, 1677 (Acte I, scène 3)

____________________________________________________________

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

Recevoir