Le Cinéma de Bruno Dumont, l'animalité et la grâce

Le Cinéma de Bruno Dumont, l'animalité et la grâce
2 images
Le Cinéma de Bruno Dumont, l'animalité et la grâce - © Tous droits réservés

Cet été, prenez une grande claque salvatrice signée Bruno Dumont !

Depuis son premier film, " La vie de Jésus ",
jusqu’à " P’tit Quinquin " (série burlesque de 4X 50 min),

en passant par " Twentynine Palms ", " Flandres ", " Hadewijch ", " Hors Satan " et " Camille Claudel 1915 "

 Bruno Dumont n’as de cesse de nous bousculer,
de nous forcer à nous interroger sur la " nature humaine ", et de nous éblouir.

Comme l’écrit Maryline Alligier 

" Le cinéma de Bruno Dumont nous ramène à l’homme " aux ommencements "
pris dans des zones de turbulences (…) un homme immergé dans le sensible du corps et de l’âme. (…)

 

Ses images, sensorielles, à l’écoute des rumeurs du monde et de l’être,
nous ramènent à notre condition précaire et fragile (…)
dans laquelle nous espérons nous tenir debout,
blouis au rebord même du noir le plus profond. "

 

Notre invitée, Maryline Alligier,
est enseignante en histoire et en cinéma dans le secondaire,
t chargée de cours à l'université d'Aix-Marseille 1.

 

Elle est également l’auteure de divers articles et ouvrages dont :

" Bruno Dumont. L’animalité et la grâce ", 2012, Editions Rouge Profond.

" Œdipe, roi - De Sophocle à Pasolini ", avec Guy Astic, 2015, Editions Rouge Profond.

" La musicalité comme puissance de dévoilement dans le cinéma de Robert Bresson "
Thèse en préparation à l’université d’Aix-Marseille.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK