Le bruit à l'école n'est pas nécessairement une fatalité

Le bruit a un impact sur notre santé physique et mentale
Le bruit a un impact sur notre santé physique et mentale - © Pixabay

Le bruit fait partie des nuisances sur lesquelles il faut travailler pour améliorer notre qualité de vie. Mais qu'en est-il des écoles, ces environnements où le bruit est partout ? Cette pollution sonore est sous-estimée et même souvent vécue comme une fatalité.

Or, il ne faut plus démontrer les effets du bruit, tant sur les comportements et l’apprentissage des enfants que sur les enseignants et le personnel : fatigue, stress, déconcentration, perte d’audition, acouphènes,… Des solutions existent. On en parle avec Jennifer Lesire et Julie Tordoir de l'asbl Empreintes et avec Marie Poupé de Bruxelles Environnement.

________________

La prise de conscience évolue à ce sujet et la situation s'améliore doucement. Toutefois de nombreuses écoles ne sont pas adaptées au nombre grandissant d'enfants. Certains locaux, qui n'étaient pas destinés à être des salles de classe, le deviennent et ne sont pas conçus pour cela. Les cours de récréation sont de plus en plus peuplées. Certaines écoles sont parfois vétustes, mal insonorisées, et les budgets manquent pour les remettre en état.

Bruxelles Environnement, depuis presque 20 ans, essaie d'apporter des solutions à cette problématique, que ce soit en matière de sensibilisation comportementale, ou au niveau des infrastructures.


Un investissement essentiel

Le bruit est vraiment une pollution qui a des conséquences sur la santé des enfants et du personnel enseignant et encadrant. De plus en plus de professeurs sont à bout et sont demandeurs de solutions, que ce soit en maternelle, primaire ou secondaire.

Dans les écoles belges, au niveau des classes, des cours de récréation, des salles de gym... on se situe entre 70 et 95 décibels, ce qui est la limite. Le bruit est insidieux, c'est surtout dans la durée que vont se situer les nuisances, avec des répercussions en cascade : problèmes de sommeil, de stress, problématiques cardio-vasculaires, burn out, épuisement professionnel, problèmes de cordes vocales, diminution d'apprentissage, agressivité, irritabilité.

Le dossier pédagogique bruitalecole.be est destiné aux enseignants, des rencontres sont également organisées régulièrement sur ce sujet avec Bruxelles Environnement.


De multiples sources de bruit

L'asbl Empreintes, reconnue par la FWB pour l'éducation à l'environnement, travaille à l'aménagement sonore des écoles.

Beaucoup d'éléments autour de l'élève provoquent le haussement de sa voix pour se faire entendre : les ordinateurs, les ventilateurs, les systèmes d'aération, les portes qu'on ouvre et ferme, les raclements de chaises, les revêtements de sol, les frigos, les ascenseurs, les distributeurs de boissons, les bruits de la rue, d'avions.... Les réfectoires en particulier sont très bruyants, à cause de la manipulation des couverts et des divers revêtements conçus pour leur hygiène et pas pour leur impact sonore.

Il est possible de travailler sur un agencement spécial acoustique : prévoir des rideaux, des tentures murales, des sets de table,... qui absorberont les bruits.

L'Europe classe d'ailleurs les écoles comme des bâtiments sensibles, au même titre que les logements, et préconise de ne pas les placer près de sources de transports trop bruyantes comme les aéroports, les gares, les autoroutes.... 

 

Éduquer les enfants au bruit

L'asbl Empreintes organise des animations de sensibilisation spécialement destinées aux enfants, pour les sortir de leur accoutumance au bruit et leur faire comprendre l'influence que le bruit a sur leur corps, leur santé, leur comportement. Ils sont invités à entrer en action pour développer des actions concrètes. Des petits exercices de yoga ou de méditation sont par exemple proposés par l'enseignant pour calmer l'enfant et revenir à plus de sérénité.

La prise de conscience du niveau élevé de bruit est intéressante pour les enfants. Ils peuvent ainsi utiliser des petites gommettes de couleur pour déterminer leur ressenti par rapport au bruit. Certaines écoles ont recours à des applications sonométriques, grâce auxquelles l'enfant peut voir facilement, avec des codes couleur, où il en est dans le niveau de bruit.

Ceci dit, le bruit, c'est aussi la vie ! Une école sans bruit, ce n'est pas possible. Il y a des moments où les enfants ont besoin de se défouler. L'asbl Empreintes propose donc plutôt de créer des moments bien délimités : une ambiance 'verte', calme est nécessaire pour faire des exercices, mais on peut être un peu 'dans le rouge' si on fête un anniversaire en classe, en prévenant les classes voisines. Les enfants savent qu'à certains moments, il faut se taire mais qu'à d'autres, ils auront le droit de faire plus de bruit.

Travailler sur la prise de conscience des enfants est un bon complément à d'autres mesures comme l'aménagement sonore des infrastructures.

Pour en savoir plus, écoutez ici Tendances Première

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK