Le Bloomsbury group, un parfum de scandale dans l'Angleterre puritaine

Vanessa Bell et Virginia Woolf, deux soeurs, deux artistes au coeur du Bloomsbury Group
2 images
Vanessa Bell et Virginia Woolf, deux soeurs, deux artistes au coeur du Bloomsbury Group - © Wikimedia Commons

En 1916, le Sussex, en Angleterre, va devenir le lieu de rencontre du Bloomsbury Group, un cercle d’artistes et d’intellectuels, comme Virginia Woolf, sa soeur Vanessa Bell, Roger Fry, John Maynard Keynes… Retour sur un moment de bohème.

Au-delà des amours libres, le Bloomsbury Group est avant tout le creuset d’une effervescence intellectuelle et artistique. C’est dans ce bouillonnement que nous emmène l’historienne Eliane Van den Ende.


Vanessa Bell

C’est Vanessa Bell, née Vanessa Stephen, qui est le pivot de ce Bloomsbury Group. Elle naît dans un milieu intellectuel de la haute bourgeoisie. Sa mère étant décédée prématurément, Vanessa doit tenir le ménage. Sa vie est assez asphyxiante, d’autant plus que sa petite soeur Virginia est mentalement assez instable. On apprendra qu’elle a été abusée par ses deux demi-frères, une explication peut-être à ses problèmes relationnels avec les hommes.

Vanessa trouve de la consolation dans les arts plastiques qu’elle découvre dans la grande bibliothèque de son père. Elle s’inscrit à l’Académie des Beaux-Arts, où elle découvre les couleurs. Elle balancera toute sa vie entre son rôle de maîtresse de maison et son aspiration d’artiste.


A Londres : Bloomsbury

A la mort de son père, Vanessa quitte la maison familiale avec ses frères et sa soeur Virginia, pour s’installer à Bloomsbury, le quartier bohème de Londres. Une nouvelle vie commence, très épanouie du point de vue social et artistique.

Leur frère, Thoby, va jouer un rôle important dans la naissance du Bloomsbury Group. Il étudie à Cambridge où il fonde un club 'Les Apôtres de Cambridge', avec Clive Bell, l’économiste John Maynard Keynes… Ils se réunissent chaque jeudi à Bloomsbury, c’est là que va naître le groupe, dont Vanessa est le personnage central, l’organisatrice.

Pour Vanessa et Virginia, c’est l’occasion d’une large ouverture d’esprit : on parle de politique, de littérature, d’art, mais aussi de sexe. Dix ans seulement après la condamnation d’Oscar Wilde pour pratiques contre-nature, on y vit une très grande liberté sexuelle.

C’est l’époque des suffragettes. Virginia est particulièrement sensible à ce mouvement de revendication féministe. Elle devient une écrivaine renommée. Vanessa est plutôt non-conformiste, elle cherche ses propres valeurs, ses propres normes, en dehors du carcan victorien.

Les deux soeurs abandonnent le corset, s’habillent de façon très fluide, veulent vivre une vie très libre, ne veulent pas se marier. Virginia, bisexuelle, épousera toutefois Leonard Woolf. Ils n’auront pas d’enfants, on ne sait pas si le mariage a été consommé.
Vanessa épousera Clive Bell, à la mort de Thoby. Ils vivent une vie libérée, voyagent beaucoup, rencontrent de multiples personnages illustres : Picasso, Cocteau, Satie…

Vanessa va être une peintre novatrice : dès 1910- 1913, elle essaie l’abstraction, 20 ans avant l’art abstrait en Angleterre. Elle essaie la couleur, la forme, influencée par Gauguin, Cézanne.

Les artistes vivent tous ensemble une vie en communauté, très artistique, où les échanges sont très nombreux, dans une grande amitié. Ils montent ensemble l’Atelier Omega, une coopérative qui mêle les beaux-arts et les arts appliqués : ils font des meubles, des abat-jour, des tapisseries… C’est très gai, très vif, très libéré.


Charleston Farmhouse

Malgré les commandes des riches bourgeois, l’atelier Omega va faire faillite en 1919, en pleine guerre. Les artistes continuent à peindre, mais leur avant-gardisme se vend difficilement.

C’est là que Vanessa Bell et son amant, Duncan Grant, décident de s’installer dans le Sussex, dans une ancienne ferme, Charleston Farmhouse, qu’on peut toujours visiter aujourd’hui.

L’endroit va accueillir les fidèles du Bloomsbury Group, Virginia Woolf et son mari Leonard, E. M. Forster, l’auteur de 'La route des Indes', des peintres comme Roger Fry, l’économiste John Maynard Keynes. Ce dernier aura une longue liaison avec Duncan, l’amoureux de Vanessa dont l’ex-mari, Clive Bell, fréquente aussi les lieux.

Signalons aussi la présence, à demeure, de David Garnett, l’amant en titre de Duncan et futur époux d’Angelica, la fille qu’ont eue ensemble Vanessa et Duncan.

On s’amuse à Charleston, dans une ambiance d’amitié, de réflexion, d’échanges d’idées, de bouillonnement intellectuel. La vie de bohème que l’on y mène est proprement révolutionnaire pour cette époque corsetée et pudibonde, souvenir de l’austère ère victorienne. On y vit les arts d’une façon totalement naturelle.

C’est là que Keynes, en 1919, va écrire 'Conséquences économiques de la paix', en opposition aux réparations que doit l’Allemagne à l’Europe, qui selon lui, hypothèquent la paix. Un point de vue très visionnaire, observe l’historienne Eliane Van den Ende.

C’est là aussi que Virginia Woolf y mettra fin à ses jours, pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Vanessa mourra à 82 ans, après une vie vécue dans l’ombre de sa soeur tellement célèbre et de tous ses amis. Mais sa touche si particulière est encore visible à Charleston Farmhouse.

Pour plus de détails, suivez l’entretien complet dans Un Jour dans l’Histoire

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK