La vie de Robinson dans Les Tongas

Illustration
2 images
Illustration - © Tous droits réservés

Gaspard a rejoint son frère dans Les Tongas l'année passée, en 2016. Il a eu l'occasion d'y réaliser un de ses rêves les plus fous : vivre sur une île déserte pendant 5 jours, comme Robinson Crusoé mais en améliorer. À 32 ans, Gaspard a plusieurs cordes à son arc : anthropologue, archéologue, musicien et maintenant, voyageur hors normes.

Concept du voyage

Le frère de Gaspard fait le tour du monde en voilier depuis 3 ans. Il est sponsorisé par Music Fund. C’est une association qui récupère de vieux instruments de musique de grenier ou de cave pour les restaurer et les diffuser dans un réseau à envergure mondiale. Arrivé dans les îles polynésiennes, il appelle son frère, Gaspard, à l’aide et lui demande de venir donner des cours de musique dans la fanfare de St Peter Chanel College. Gaspard, saxophoniste et toujours en quête d’aventures, saisit l’occasion et se rend dans le Pacifique. La rencontre est parfaite et se fait remarquer. Les réactions face à cet instrument sont enthousiastes et curieuses. En effet, les saxophones ne sont pas très répandus dans ces régions du monde à cause de leur fragilité.

Gaspard les introduit au Hip Hop et au Free Jazz, 2 styles de musique qu’ils n’ont pas l’habitude de jouer aux Tongas. La fanfare joue effectivement principalement des morceaux religieux et cérémoniels. Il a même réussi à faire une improvisation collective avec le groupe, qui s’intitule Tonga Belga.

Robinson des mers du sud

Gaspard a profité d’être dans l’Océan Pacifique, entouré d’îles désertes, pour réaliser un de ses rêves les plus fous, vivre comme dans Robinson des mers du sud de Tom Neal : "J'avais ce fantasme de l'île déserte et l'occasion était trop belle". Comme son frère possède un voilier, il lui a demandé de le déposer sur une île choisie et de venir le rechercher 5 jours plus tard. Il a évidemment pris avec lui quelques vivres comme des boites de sardines. Son but n’était pas de "faire Survivor" mais plutôt de se couper du "parasitage permanent" de la société et de ses technologies.

Il s’est donc retrouvé seul au monde et nu, sur une île inhabitée : "La première chose que vous faites, c'est enlever vos vêtements parce qu'ils n'ont absolument plus aucune utilité". Très vite, il a commencé à s’organiser. Il trouve un lieu de "camping". Il y fait un feu, "la base". Il commence à établir une sorte de routine. Tous les matins, il fait le tour de l’île, il part à la pêche, il cueille des noix de coco, etc. "C'est pas si compliqué que ça la vie seul sur une île déserte. (…) Le cerveau fonctionne différemment". Son décrochage est réussi voire trop. Le retour a été difficile...

Les Fakaleitis, l’avant-gardisme tongien

Gaspard a découvert l’ouverture d’esprit dont pouvaient faire preuve les Tongiens. Société assez conventionnelle et traditionnelle, il y a, aux Tongas, les Fakaleitis qui "sont physiquement des hommes mais se sentent femmes" et ça ne pose problème à personne : "Dans certaines parties de la Polynésie, ça ne pose pas de problème. Ces personnes ont un statut intermédiaire, un peu marginal mais totalement valorisé, qui permet de suivre l'éducation des femmes quand on est un homme".

Phrases-clés

"On est pesé à l'entrée de l'avion."

"Tout est surprenant fondamentalement."

"On a aussi des voix qui s'invitent dans notre tête."

"Aux Tongas, les gens, quand ils se disent bonjour, ils se sourient, ça fait partie de la culture."

 

Cette expérience aura marqué notre globe-croqueur au point qu’il en écrira un morceau, Le lagon pour son groupe Baikonour dont le premier EP sort le 3 novembre. Si vous souhaitez en savoir plus sur les aventures de Gaspard comme sa survie sur l’île inhabitée ou encore le "jour de la machette", écoutez le podcast !

Les objets de Gaspard

Gaspard nous a apporté est une vasque à kava. Le kava est une boisson des îles polynésiennes qui n'a rien à voir avec le cava espagnole. C'est une racine broyée qu'on mélange avec de l'eau et qu'on boit dans un gobelet en coco. C'est une boisson sociale : les gens sont assis en rond et le gobelet passe de main en main. Il nous a également rapporté 1 dollar fidjien sur laquelle la vasque à kava est représentée, ce qui montre à quel point c'est inscrit dans la culture.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK