La vie d'expatriés au Rwanda

Illustration
Illustration - © Tous droits réservés

Ariane revient dans Globe-Croqueurs pour nous raconter son expatriation de 2 ans au Rwanda en tant que professeure de math de 2009 à 2011. Elle était accompagnée de son mari Dimitri, Adrien (2 ans) et la petite dernière, Lucie (4 mois).

Premières impressions

La frustration est le premier sentiment qu'a ressenti Ariane. En effet, ils sont arrivés à 19h mais le soleil était déjà couché. La directrice de l'école où Ariane allait travailler était bien présente à l'aéroport et l'accueil était chaleureux. Elle est venue les accueillir et les conduire à leur nouvelle maison. Le trajet se fait en 4x4, tout le monde a réussi à se caser entre 2 valises. La famille est en émerveillement. Même si le soleil est couché, chacun essaye à sa façon de s'imprégner de leur nouveau pays.

La précieuse Eugénie

Le jour se lève et ils vont à la découverte de leur nouvelle maison pour les 2 prochaines années à venir. Dans le jardin se trouvent un arbre à goyave, à avocat, à papaye, un citronnier et beaucoup de fleurs. C'est un dimanche matin et ils se rendent compte qu'une dame les attend sur le porche. C'est Eugénie.

Eugénie était la nounou de la famille qui habitait dans la maison avant eux. Elle propose alors ses services en leur faisant comprendre qu'elle est parfaite pour le travail parce qu'elle sait mettre des couches et donner des biberons. C'est là qu'Ariane a eu un petit doute : "Nous pensions que nous appliquions ce que nous appelions la méthode africaine en Belgique."

Au début, la famille n'en a pas besoin mais sa présence s'est avérée très précieuse, au point même d'en faire trop. En effet, elle s'occupait de Lucie au départ puis  elle s'est mise à cuisiner et à faire le ménage. La famille d'Ariane a alors décidé d'engager quelqu'un d'autre, Alice, pour alléger les journées d'Eugénie. La présence de toutes ces aides à la maison leur permettait d'avoir un train de vie beaucoup plus confortable. "On a dû se mettre tout doucement dans le moule des expatriés."

Rencontre avec les gorilles

Pendant leur 2 ans au Rwanda, la famille d'Ariane profite de quelques congés pour aller visiter le Parc national des Virunga. Il y est possible de voir les derniers gorilles de montagne. L'activité est assez touristique et quelque peu onéreuse mais en vaut tout à fait le coup. L'argent est réutiliser pour la conservation, la protection des gorilles, etc. C'est une sorte de tourisme eco-responsable. Les enfants, ce jour-là, ont dû rester à la maison parce qu'ils ne sont pas admis avant 12 ou 15 ans. Les gorilles sont très sensibles au bruit, ce qui peut causer pas mal de problème. Il y a certaines consignes à respecter lors de la rencontre : ne pas regarder les animaux dans les yeux, ne pas faire de bruit ni de commentaire et ne pas s'approcher de moins de 8 mètres. "On n'avait aucun influence néfaste sur leur vie."

Ariane et Dimitri s'aventurent donc dans la jungle avec leur guide et 5 autres touristes. Après une heure de marche ascendante, ils aperçoivent enfin au loin une des familles de gorille qu'abrite le parc.

La rencontre est émouvante, sans voix et dans le respect de l'environnement des gorilles. Ils y ont vu le mâle dominant, le dos argenté qui "impose le respect de façon spectaculaire".

Les phrases-clés

"Il a fallu mettre de coté nos préjugés d'expatriés."

"J'encourage tous les étudiants en mathématique à s'accrocher parce que c'est un métier qui offre l'opportunité de voyager de manière impressionnante."

"On dit que le Rwanda est la Suisse de l'Afrique. S'y sentir bien est facile."

"Le patron d'entreprise voulait un blanc."

"On aime les animaux mais les nuits, on préfère les éviter."

"On en a peut-être pris 200-300 sur 1 heure de temps."

 

La famille d'Ariane est également partie à la découverte de Kigali, la capitale, du Lac Kivu et du Parc national de l'Akagera où ils ont dormi sous tente... dans la savane. Écoutez toutes leurs aventures via le podcast de l'émission ! Vous pourrez également y savoir un peu plus sur les conditions d'emploi de Dimitri.

Les aventures de la famille d'Ariane

Ariane et sa petite famille de bourlingueurs partagent leurs différents voyages sur leur blog. Faites-y un tour ! 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK