La RTBF prépare la fin de la diffusion en ondes moyennes (AM) de La Première et de VivaCité

La RTBF prépare la fin de la diffusion en ondes moyennes (AM) de La Première et de VivaCité
La RTBF prépare la fin de la diffusion en ondes moyennes (AM) de La Première et de VivaCité - © Tous droits réservés

En préparation à l’arrivée massive prochaine de la radio numérique DAB+ en Belgique, la RTBF poursuit son processus d’extinction des ondes moyennes en réduisant les heures de diffusion quotidienne de son émetteur de Wavre 621 kHz.

Depuis le 31 mai, cet émetteur qui couvre en ondes moyennes toute la Belgique et au-delà, fonctionne tous les jours entre 6h et 20 heures (au lieu de 5h à minuit précédemment). Cette diminution s’inscrit dans un plan d’extinction progressif des émissions en modulation d’amplitude (AM) à la RTBF comme dans toute l’Europe.

Le mode de diffusion en modulation d’amplitude (qui comprend les ondes moyennes, les ondes longues et les ondes courtes) a été le premier mode de diffusion de la radio au siècle dernier, avant d’être progressivement remplacé par celui en fréquences modulées (FM) à partir des années 60.

Le DAB+ prend le relais de l'AM, trop gourmande en électricité

Depuis une dizaine d’années, avec le développement progressif de la technologie de diffusion numérique DAB+ qui prend le relais de la diffusion en analogique AM puis en FM, la plupart des grandes radios qui émettaient en modulation d’amplitude ont décidé d’arrêter cette ancienne technologie. C’est le cas depuis un certain temps déjà chez nos voisins de la VRT et de Radio France par exemple. Tout comme pour l’émetteur anglais en ondes moyennes de BBC World Service arrêté il y a quelques années, qu’on peut maintenant écouter en DAB+ à Bruxelles. Il faut dire que tous ces émetteurs qui fonctionnent dans cette ancienne technologie analogique sont extrêmement gourmands en électricité.

La RTBF, qui est la dernière à émettre encore en ondes moyennes en Belgique, a établi une politique progressive de l’arrêt de ses émetteurs en modulation d’amplitude (AM) : les ondes courtes tout d’abord il y a une dizaine d’années, suivies de deux émetteurs en ondes moyennes en province de Liège et du Luxembourg. Restent actuellement un émetteur régional en ondes moyennes à Houdeng en Hainaut (relais de VivaCité sur 1125 KHz – 20 kWatts) et l’émetteur national très puissant de Wavre (621khz – 300 kWatts) qui relaie les programmes de La Première et les émissions sportives de VivaCité en soirée et le week-end.

Extinction progressive

En prévision du lancement massif de la radio numérique DAB+ en Belgique l’an prochain, la RTBF a décidé d’entamer un processus d’extinction progressif de la diffusion de ses émissions en ondes moyennes : tout d’abord une réduction de 5 heures par jour des émissions aux faibles heures d’écoute (avant 6h et après 20h) de son émetteur le plus puissant émettant sur 621 kHz depuis Wavre, avant l’arrêt complet de ses deux derniers émetteurs en ondes moyennes dans les prochains mois. 

La stratégie consiste à éteindre la plus ancienne technologie (AM) au moment du lancement massif d’une nouvelle (le DAB+), tout en poursuivant la diffusion simultanée en FM durant encore plusieurs années avant l’arrêt également de cette dernière technologie de diffusion analogique pour basculer dans le full digital DAB+/IP comme l’a fait la Norvège l’an dernier.

Difficulté de trouver des récepteurs AM/FM sur le marché

Les auditeurs ont déjà de plus en plus de difficulté de trouver des récepteurs AM/FM. Ils sont remplacés par les récepteurs (FM)/DAB+/internet car l’avenir de la diffusion radio est au tout numérique hybride couplant le DAB+ et l’internet (IP). Le DAB+ pour une écoute massive des programmes radio à large audience et en direct, l’internet pour une écoute de programmes plus pointus, ou à la demande ou en dehors du bassin de diffusion principal (Bruxelles et Wallonie pour la RTBF), comme à l’étranger.

Et c’est dans cette stratégie que s’inscrit pleinement la RTBF en procédant par étapes successives par respect pour son public afin de lui laisser le temps de s’équiper des nouvelles technologies. 

Une campagne d’information importante précèdera dans les prochains mois l’arrêt des deux derniers émetteurs AM de La Première et de VivaCité au moment du lancement du DAB+ (déjà en test par la RTBF et donc audible depuis 2012 quasi partout à Bruxelles et en Wallonie pour Classic 21 et La Première notamment).

Nous écouter sur Auvio

Rappelons enfin qu’il est aussi possible d’écouter les programmes radio de la RTBF, en direct et à la demande, partout dans le monde depuis les sites internet des six chaînes de la RTBF et depuis les sites et les applications mobiles rtbf.be, Auvio et Radioplayer.be.

 

  • La Modulation d’amplitude (AM) : il s’agit de la première technologie de diffusion de la radio, lancée il y a une centaine d’années. On distingue trois bandes de fréquences (selon la longueur d’ondes) : les ondes courtes (OC ou SW), les ondes moyennes (OM ou MW) et les ondes longues (OL ou LW).
     
  • La Fréquence Modulée (FM) : il s’agit de la deuxième technologie de diffusion de la radio, qui s’est développée à partir des années 60 et qui est encore aujourd’hui le moyen le plus largement utilisé pour écouter la radio.
     
  • La radio numérique DAB+ : il s’agit de la dernière technologie développée pour la diffusion de la radio, en DAB (compression en MPEG 2) tout d’abord dans les années 80 et ensuite en DAB+ (compression en MPEG4) depuis la fin des années 2000 et qui est en train de se généraliser en Europe. À la différence des deux premières technologies qui sont analogiques, le DAB+ est numérique. Son lancement massif dans toute la Belgique est prévu pour l’an prochain.
     
  • La radio numérique par internet: il s’agit d’un tout autre moyen de diffusion numérique, qui utilise l’IP (internet protocol) comme technologie de transmission et qui, à la différence des trois autres technologies dites " broadcast " (réception gratuite pour l’auditeur), nécessite une connexion à internet.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK