La revue des médias - Sophie Léonard

La revue des médias - Sophie Léonard
La revue des médias - Sophie Léonard - © SAUL LOEB - AFP

La revue des médias avec Sophie Léonard. Ce matin, dans la presse, on parle d'un au revoir. Celui de Barack Obama qui prononce son dernier discours ce soir...

"Des adieux au gout amer" écrit le figaro en France.

"Barack Obama entend sauver son héritage malgré Donald Trump" pour la Libre Belgique.

Le morgen, "la fin d'une époque..." La fin d'une époque que le quotidien flamand met en images. Obama en famille, Obama au cinéma ou encore au basket. Toutes ces images qui ont fait de lui cet homme, le 44ème Président des États-Unis mais surtout le premier Président noir américain, un homme aimé.

Après deux mandats, sa cote de popularité est des plus rares. Il dispose de plus de 50% d'opinions favorables. 8 années de présidence durant lesquels il aura notamment mis en place l'Obamacare, la fameuse assurance santé pour tous. Mais il aura aussi protégé plus de 224 millions d'hectares, de terres et d'espaces marins. Autant de choses que son successeur, Donald Trump, voudrait voir partir en éclat. Il reste un peu plus d'une semaine à Obama pour consolider son héritage.

Mais si ce soir, Barack Obama prononce son discours d'adieu à Chicago... Selon certains, même si il n'a plus le pouvoir, il aura de l'influence. Il s'impliquera certainement dans la reconstruction du parti démocrate ébranlé par les dernières élections présidentielle.

Les éditos francophones font la part belle à Guy Verhofstadt

"Un idéaliste tombé sur un nuage" écrit l'écho. Guy Verhofstadt veut devenir le président du Parlement européen. Un homme pragmatique, capable de forger d'indispensables compromis et "ceux qui en doutaient" écrit l'éditorialiste... et bien, "ils ont été fixés une fois pour toute..."

Le chef du groupe libéral au parlement européen était prêt à s'allier au mouvement cinq étoiles du populiste Beppe grillo, mais ce dernier serait revenu sur les termes du contrat et l'opposition au sein des libéraux a fait tout simplement le reste.

L'éditorialiste du Soir parle de "pratiques qui délégitiment davantage la politique auprès de l'opinion publique..., "d'une instrumentalisation politique cynique que vient de tenter Guy Verhofstadt...". Ce grand défenseur de la démocratie prêt à intégrer dans son groupe le mouvement Cinq Etoiles. "Peu importent les convictions et les affinités politiques, pourvu qu’on conquière le pouvoir et gagne le rapport de forces ?" se demande l'éditorialiste...

Si on faisait la politique comme il se doit, on aurait pas besoin d'inventer les mouvements. Les partis suffiraient au bonheur des citoyens.

Le secteur du tabac demande une baisse de ces accises et la demande fait du bruit au sein du gouvernement fédéral. C'est ce que l'on peut lire dans l'article du Soir. Le ministre des finances Johan van Overtveldt a fait savoir qu'une baisse des accises n'était pas un tabou et que l'important c'était la recette de l'état. Selon lui, la limite de la charge fiscale de la taxe sur le tabac serait atteinte.
Des propos qui indigne la ministre de la santé Maggie De Block... "c'est une question de santé publique" dit elle.

Même si certains belges achètent leur tabac à l'étranger, la baisse des recettes montrent que d'autres arrêtent de fumer. Le gouvernement devra choisir entre son engagement à long terme et le portefeuille à très court terme.

La presse revient ce matin aussi sur de gros morceaux qui arrivent au Parlement ce mardi... Trois projets de loi atterrissent à la Chambre : la réforme du financement de la Sécu, la formation des salaires, et la flexibilité du travail. Au sein de la suédoise, on assure que les ponts ne sont pas coupés avec les organisations syndicales. Mais on précise à propos du dossier Sécu : "On ne touchera pas à l’esprit de la réforme." L'avenir qui se demande se qui se cache derrière cette réforme approuvée par le gouvernement le 16 décembre dernier.

On parle entre autre de restrictions budgétaires. Syndicats et mutuelles assimilent la réforme à une mise sous tutelle par le gouvernement. Le point de friction, c'est la dotation qui se faisait par ailleurs automatiquement. A la chambre les débats s'annoncent houleux.

Sophie Léonard

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK
<<<<<<< HEAD =======
PureVision
en direct

Pure

PureVision

>>>>>>> master