La revue des médias - Nicolas Vandenschrick

La revue des médias - Nicolas Vandenschrick
La revue des médias - Nicolas Vandenschrick - © RTBF

Ce matin, vos quotidiens ne savent PAS à quoi s'attendre. Alors, c'est simple, ils attendent.

Au moment de boucler, vos journaux ne savaient PAS. Ne connaissaient pas encore le chiffre exacte... Pour autant, la presse n'est pas naïve... Alors elle avait un peu anticipé... A quoi s'attendre chez ING? titrait l'Echo. Rappelez vous, cet été, cette phrase du CEO... "Dans le bancaire, il n'y a pas 36 manières de réduire les coûts." Alors c'est - ce matin - ce qu'a fait la presse, elle a suivi le regard du CEO. La Banque au lion a faim. Faim de rendement. Faim de bénéfices... Et comme dans les dessins de presse, ce matin, c'est dans l'estomac du félin que bons nombres d'employés finiront ce lundi d'octobre.
Pourquoi ING va licencier ?
Pourquoi ING va licencier lourdement ? devinait le SOIR.
Pourquoi ING va faire mal ? répond la Libre.
Parce que c'est lundi.
Parce que pour la banque, c'est l'heure de vérité, ajoute le quotidien.
Parce que restructurer le bancaire, c'est illustrer une réalité plus froide encore que la météo d'un lundi d'octobre...
Aucun secteur, aucune activité économique n'est à l'abri. Les mutations économiques doivent se faire. dit la Libre.
Qui appuye sur les mots. C'est une évolution et c'est I-Né-LUC-TABLE !
A court terme, les mutations seront destructrices d'emplois. Évidemment, à court terme le salarié n'est qu'une variable d'ajustement.
C'est cynique. A long terme aussi sans doute... Mais voilà, l'évolution... c'est comme ça ! La numérisation est là. Et on est lundi.
Alors la dignité du personnel. Alors la responsabilité de l'employeur, il faut comprendre, on verra un plus tard. Disons, mardi, si on a le temps.

L'inéluctable évolution du numérique est évoqué ce matin dans la Presse 

Et notamment dans les hôpitaux. C'est dans la Dernière Heure, et cela démontre que, parfois, l'inéluctable évolution numérique est problématique. Trop consulter internet allonge les files d'attente à l’hôpital ! Et oui, trois clics. Deux sites, soi-disant médicaux et voilà que le belge se prend pour un docteur. Se passe du sien et file direct chez le spécialiste... Résultat, explique le quotidien, la file s'allonge. les patients, et bien ils patientent Et les hôpitaux eux débordent.

C'est dans le Monde et cela nous démontre que l'inévitable évolution numérique ne touche pas que le bancaire. Isabelle, vendeuse de journaux depuis 25 ans ferme boutique. Plus assez de chiffre. Elle, comme les employés d'ING, s'y contraint, forcé. Abandonner son métier. "Et tant pis pour ceux qui lui disaient "vous êtes la seule personne à qui je parle de ma journée." "Et tant pis pour cet ado qui était venu se réfugier dans le magasin parce qu'il se faisaient embêter par la petite bande du quartier. Tant pis pour les clients âgés. Et tant pis pour ceux qui achetaient encore leur journal. L'évolution est inéluctable. Et elle est numérique.
Ou dans l'autre sens. Le numérique est une évolution et est inéluctable.
Prenez ce drôle de média, MinuteBuzz... Il avait fait le pari de l'info amusante. Pas celle sur ING, donc. Pas le portrait d’Isabelle la vendeuse de journaux...
Plutôt ce coussin pour faire la sieste n'importe où... Ou alors ce jaguar qui a trop chaud et plonge dans la piscine (trop fun)
Evolution numérique inéluctable, explique (encore) le Monde, MinuteBuzz suspend son site et fait le pari du tout réseau sociaux...
Plus besoin de sortir sur le web pour avoir l'info sourire, elle vous arrive tout chaud sur votre réseau social plein d'ami.
Bon, explique le quotidien, dans le paquet d'info cocasse, de temps à autre, une pub est livrée, l'air de rien... Histoire de se financer.
Mais voilà, c'est numérique. inéluctable. une évolution... Tout cela, peu sembler un brin morose... On se remontera pourtant le moral en lisant cet article du Temps à Genève... L'Europe va bien. Sa demande domestique est plutôt dynamique. L'inflation est faible et les offres de crédits sont en hausse...Mieux, la page de l'austérité se tourne. L'économie européenne vient même d'enregistrer son 13iè trimestre consécutif de croissance positive. Et c'est un stratégiste de JP Morgan qui vous l'écrit. Alors réduire sa voilure (comme on dit) de 3.158 postes, c'est diablement numérique. Oui. Ca ne semble pas si inéluctable. que cela... Mais en tout cas, n'allons pas dire que c'est une évolution.

Nicolas Vandenschrick

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK