La princesse Josephine : une princesse au service de tous

Fille de Philippe (frère de Léopold II) et de Marie (née princesse de Hohenzollern), comte et comtesse de Flandre, Joséphine naît au palais du Comte de Flandre rue de la Régence. Elle a un frère aîné Baudouin, une sœur aînée Henriette, dont la jumelle, également prénommée Joséphine, est morte en bas âge, et un frère cadet Albert, futur roi des Belges sous le nom d'Albert Ier.
 
Joséphine grandit au sein d’une famille unie. Elle est proche de son Frère Baudouin et sera très affectée par son décès inopiné en 1891, emporté par une pneumonie. Esprit rieur, caustique et critique, elle bénéficie d’une éducation soignée et manifeste de véritables dons de musicienne (piano) ︎︎︎qu’elle ne peut développer en raison d’une surdité précoce décelée à l’âge de 10 ans. Une affection probablement héréditaire, dont était également atteint son père.
 
Elle passe son enfance entre la Belgique, où résident ses parents, et l’Allemagne où se trouve la famille de sa mère. Durant ses jeunes années, Joséphine forme un tandem inséparable avec son frère Albert, futur roi des Belges. 
 
Adolescente, Joséphine tombe amoureuse de son cousin-germain Karl de Hohenzollern (1868-1919), dit Carlo. Les deux jeunes gens aimeraient se marier mais les parents de Joséphine ne sont pas favorables à cette union dont ils redoutent les effets de la consanguinité sur une éventuelle descendance. Ils finissent cependant par céder aux désirs affirmés des principaux intéressés.
 
Léopold II, oncle de Joséphine, est furieux : lorsque celui-ci avait voulu marier sa fille Clémentine avec son neveu Baudouin, les comtes de Flandres avaient autrefois opposé une fin de non-recevoir, également par crainte de consanguinité. Le mariage est célébré à Bruxelles en 1894. Le roi Leopold II se venge en organisant un mariage sans faste .Mariée, Joséphine quitte la Belgique pour l’Allemagne, Carlo y menant sa carrière d’officier du 1errégiment des Dragons de la Garde impériale.
 
 
Quatre enfants naissent : Stéphanie (1895-1975), Marie-Antoinette (1896-1965), Albert (1898-1977) et Henriette (née et décédée en 1907). Peu avant la guerre de 1914-1918, Joséphine, Carlo et les enfants s’installent dans un château à Namedy (toujours propriété de sa descendance). 
 
La guerre interrompt les rapports suivis que Joséphine entretenait avec sa famille en Belgique.
Alors que son époux rappelé sous les drapeaux, participe aux combats sur le sol belge, la princesse endosse l’uniforme d’infirmière pour soigner les blessés dans l’ambulance qu’elle a établie dans sa propriété.
 
À la fin de la guerre, Carlo, très affaibli, succombe à une grippe infectieuse (la fameuse grippe espagnole ?) alors que les soldats alliés organisent bruyamment les fêtes de fin d’année dans leur château de Namedy, en partie réquisitionné. Ruinée par la chute de l’empire et du mark allemand, Joséphine ne reverra sa famille et la Belgique qu’en 1921.
 
Elle connaît ensuite la ︎︎︎︎︎période trouble de l’entre-deux-guerres, la montée en puissance du nazisme (et l’engagement de son fils dans ce mouvement) et du fascisme. S’éloignant de ses enfants elle ne trouve plus sa place dans ce pays germanique. Souhaitant depuis quelques temps entrer en religion, elle intègre la congrégation bénédictine de Sainte-Lioba à Fribourg-en-Brisgau, en 1935. Fuyant le régime nazi, elle s’installe ensuite au monastère du Coquelet près de Namur.
 
En 1940, elle quitte la Belgique occupée pour gagner le prieuré de Madiran près de Tarbes, proche de la résidence de sa soeur Henriette. Après avoir passé la majeur partie de la guerre en Suisse, elle regagne le monastère du Coquelet où elle devient mère supérieure.
 
Sa situation ︎︎︎︎s’étant améliorée grâce à divers héritages, elle participe financièrement à la campagne léopoldiste et soutiendra des parents désargentés. Joséphine, Mère Marie-Joséphine en religion, décède à Namur le 6 janvier 1958.
 
La vie de la princesse Joséphine a inspiré "la princesse servante", une histoire écrite et racontée par Myriam Leroy, publiée dans le cadre de la collection de podcasts de fiction "Madame".
Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK