La Presque Star : Christian Dalne, les 800 ans de la 'tarte al djote'

La Presque Star : Christian Dalne, les 800 ans de la 'tarte al djote'
La Presque Star : Christian Dalne, les 800 ans de la 'tarte al djote' - © Tous droits réservés

Le Grand Bailly de la Confrériye dél Târte al Djote, Christophe Dalne, s’investit depuis toujours dans la défense et la promotion de la spécialité aclote.

La ‘tarte al djote’, célèbre ses 800 ans.

Cette tarte chaude à base de bettes, cousine de la betterave, et de fromage se déguste après avoir fait fondre du beurre salé. Ce produit originaire de Nivelles est défendu par la Confrériye dél Târte al Djote. Elle veille à sa qualité en octroyant des labels aux fabricants. Chaque année, c’est environ 300.000 tartes al djote qui sont vendues à Nivelles.

Les premières traces écrites remontent à 1218. La production annuelle de tartes est estimée par la confrérie qui interroge les 16 fabricants du circuit officiel et les 32 revendeurs identifiés à Nivelles. La confrérie nous confie que certains amateurs en cuisinent exclusivement pour leur cercle d’ami.

Des tartes et des chiffres

Parmi les fabricants officiels, quatre d’entre eux enfournent plus de 1.000 tartes al djote chaque semaine, tandis que d’autres en produisent jusqu’à 1.500 hebdomadairement.

Selon la confrérie, qui inclut les recettes lorsque la spécialité est savourée dans les restaurants nivellois, ces 300.000 tartes al djote génèrent un chiffre d’affaires global annuel de trois millions d’euros. Le prix d’une tarte en boulangerie varie de 7 à 10 €, selon les endroits.

La tendance au retour des produits du terroir et aux recettes authentiques accroît l’intérêt pour la tarte al djote auprès des nouveaux habitants de Nivelles sans oubliés les touristes de passage dans " la cité des Aclots ".

Tourte ou tarte, that’s the question ?

Quant à la Târte al Djote, c’est un peu la bouteille à encre ! Les archives nivelloises du Moyen Âge la mentionnent comme " tarte au fromage ". Mais s’agit-il de djote ? On a cru trouver la preuve irréfutable de son ancienneté dans un texte fameux, daté de 1218, relatant l’arbitrage ayant mis fin à une querelle entre l’abbesse de Nivelles et son Chapitre.

Dans ce texte, comme dans bien d’autres, les bettes ne sont point mentionnées… ! Ces gratifications consistaient en réalité en " tourtes " au fromage, joliment appelées dans le texte latin placentae, littéralement " enveloppes ", de pâte en l’occurrence. L’arbitrage en décréta, une fois pour toutes, la forme, la contenance et le contenu précis.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK
PureVision
en direct

Pure

PureVision