La pollution plastique : véritable fléau de nos océans

La pollution plastique : véritable fléau de nos océans
La pollution plastique : véritable fléau de nos océans - © Paulo Oliveira / Alamy Stock Pho - Alamy Stock Photo

Sophie Moens recevait Sylvie Gobert professeur en océanographie biologique à l’ULIège pour la Journée des océans. Chaque année, 13 millions de tonnes de plastique se déversent chaque année dans nos océans provoquant la mort de 100.000 animaux marins. La pollution plastique avec ses effets désastreux représente un véritable fléau pour nos océans.

Si cette Journée des océans vise notamment à rendre hommage à la beauté et à la richesse des océans, elle vise aussi et surtout à mobiliser et à unir les populations du monde entier sur un projet de gestion durable. Des décennies d’utilisation excessive de plastiques à usage unique ont conduit à une véritable catastrophe environnementale mondiale.

La production mondiale de plastique est estimée à 350 millions de tonnes par an. Cette production est malheureusement chaque année en hausse. Les principaux producteurs sont la Chine suivie de l’Europe puis des Etats-Unis.

Une situation alarmante

Treize millions de tonnes de ces plastiques se déversent chaque année dans nos océans, soit l’équivalent d’une tonne toutes les deux secondes.

A cette vitesse, on estime qu’en 2025 il y aura l’équivalent d’un sac plastique pour trois poissons dans les océans. Nombreux de ces plastiques sont ingérés par des animaux ce qui provoque des étouffements.

Autre problème : les microplastiques. Ce sont les petites particules de matière plastique qui se dispersent et s’accumulent dans les océans. Les microplastiques peuvent ensuite se dégrader pour former des particules encore plus fines. On parle alors de nanoplastiques. Dans ce cas, les particules sont ingérées par tous les êtres vivant, y compris les plus minuscules comme le plancton. Ils terminent ensuite dans l’organisme (dans les organes, le sang et même les cellules) des différentes espèces.

Peu d’études existent concernant les microplastiques. On ne connaît pas leur quantité réelle, leur durée de dégradation ni même leurs effets exacts.

Les écosystèmes menacés

En plus de la grande quantité de plastiques que l’on trouve dans les océans, d’autres types de pollutions existent dans les océans. Les hydrocarbures et les résidus chimiques, par exemple, y sont présents en nombre. Tous les écosystèmes qui y vivent subissent donc également ces autres types de pollutions et en sortent endommagés.

Pour en savoir plus, réécoutez la séquence ci-dessous.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK