La "pleine conscience" enseignée aux enfants dans les écoles

La "pleine conscience" enseignée aux enfants dans les écoles
2 images
La "pleine conscience" enseignée aux enfants dans les écoles - © Tous droits réservés

De nombreuses écoles dispensent des formations "de pleine conscience" pour les enseignants et pour les élèves. Concrètement, qu’est-ce que cela implique ? Et surtout, est ce que les enfants sont un bon public pour appréhender cette "posture du présent" ?

"La pleine conscience est une attitude qui propose de porter attention d’une manière bienveillante à ce qui nous arrive dans l’instant présent par contraste avec nos habitudes qui sont souvent d’être dans le passé, parfois dans les regrets ou dans les inquiétudes du futur." C’est par ses mots qu’Ilios Kotsou entame sa chronique. Évidemment, cela peut sembler un brin ésotérique au moment d’évoquer la "pleine conscience" mais c’est un état que vous avez dû vivre très souvent. Par exemple, quand vous avez vos pieds dans le sable, quand vous vous retrouvez en pleine nature ou encore quand vous écoutez un morceau de musique. Votre attention plutôt que d’être divisée parait pleinement unifiée.

Les enfants ont cette capacité toute simple d’être dans l’instant présent

En cette période de rentrée, nos enfants, accompagnés par leurs enseignants, iront vers l’école le lundi, leurs cartables pleins de curiosité, de joie et de retrouvaille. Mais pour beaucoup, ce cartable sera également plein d’inquiétudes et de stress.  

L’école pour beaucoup est un endroit dans lequel il est possible d’avoir le sentiment de vivre dans la compétition, dans la comparaison sociale. Les enfants se demandent s’ils seront à la hauteur et tout cela peut créer un climat pas spécialement propice à l’épanouissement de l’enfant ni bénéfique à ses capacités d’apprentissage.  

Une pratique qui favorise l’apprentissage

On peut voir cela comme participant à un contexte qui favorise l’apprentissage même si l’idée de la pleine conscience, et les études tendent d'ailleurs à le démontrer, n’est pas en premier lieu d’améliorer ce qu’on appellerait "la performance". En reconnectant les enfants à leurs capacités à s’apaiser, il est possible d’avoir une influence réelle sur la manière dont ils interagissent avec pour résultats, une meilleure participation aux activités et davantage de respect les uns envers les autres. Et par ricochet, avoir plus de respect les uns envers les autres et se sentir mieux, favorisera aussi un climat de classe qui sera propice à l’apprentissage.

Les conseils d’Ilios

Mais concrètement comment se déroule une séance de pleine conscience ? On peut par exemple parler d’utilisation d’outil comme "la respiration de la moustache". Vous mettez votre index en dessous de votre nez et vous allez sentir beaucoup plus facilement la température de l’air. Un peu plus chaud quand cela sort et un peu plus frais quand cela rentre. Ça nous amène à porter attention, à être centré sur sa respiration. Et la respiration est peut-être le moyen le plus rapide de revenir à nos ressources qui sont déjà présente. Autre exemple, "pratiquer la gratitude". On demande aux enfants d’écrire sur un papier la raison pour laquelle ils éprouvent de la gratitude et de le mettre dans un petit pot. Et à un moment dans la journée, quand les enfants en éprouvent le besoin, ils vont retirer un papier du petit pot et vont le lire à la classe. Si on pense que nos enfants sont comme des fleurs, on doit penser que des jardiniers en bonne santé en feront des jardins florissants. Bonne rentrée aux enfants et à nos précieux enseignants !

Ilios Kotsou est Docteur en psychologie et Maitre de Conférences à l'Université Libre de Bruxelles, il analyse chaque semaine un thème fondamental de nos vies quotidiennes. Retrouvez-le sur son blog, sur sa page Facebook et tous les dimanches dans Week-end Première.

 

 

 

 

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK