La Plateforme Hébergement Citoyenne : Une mobilisation solidaire sans précédent

Depuis 2015, le parc Maximilien fait office de point de chute pour les réfugiés échoués à Bruxelles
Depuis 2015, le parc Maximilien fait office de point de chute pour les réfugiés échoués à Bruxelles - © THIERRY ROGE - BELGA

Une plateforme citoyenne d’hébergement permet depuis plusieurs mois aux réfugiés du Parc Maximilien de dormir chez de simples citoyens. Née de l’indignation de certains vis-à-vis de la politique migratoire belge, au total, c’est déjà plus de 15.000 nuits au chaud pour les réfugiés échoués à Bruxelles. Focus avec Stéphanie Grosjean sur une mobilisation citoyenne sans précédent en compagnie de Mehdi Kassoul, responsable de la communication de la plateforme.

Ce qui a démarré comme un simple groupe Facebook se transforme petit à petit en vrai mouvement de solidarité. La Plateforme Hébergement Citoyenne, active depuis plus de 2 mois, a déjà permis à des centaines de familles belges de proposer leur aide pour l’accueil et le support aux réfugiés. Pour Mehdi Kassoul, l’initiative est apparue pour aider ces personnes à lutter contre le froid mais aussi à lutter contre nos lois : "Ce groupe a été mis en place dans l’idée de résister à une politique migratoire qui ne nous convient pas. Le but est d’éviter à ces migrants de passer une nuit de plus dans le froid, dans l’angoisse des contrôles. On essaye de leur fournir des repas, du thé, un wifi pour qu’ils puissent communiquer avec leurs proches."

Retrouver cette part d’humanisme enfoui en chacun de nous

Si des plateformes de ce genre se mettent en place au niveau des citoyens, c’est qu’il y a quelque chose qui coince du côté des pouvoirs publics. Situé à proximité des gares et de l’office des étrangers, le Parc Maximilien fait figure de point de rendez-vous pour ces personnes en attente de régulation. Depuis août 2015, c’est devenu l’endroit où se réunissent tous les collectifs de citoyens qui veulent venir en aide aux réfugiés. Plus le temps est froid, plus le temps est compliqué, et plus les gens s’affairent autour d’eux pour leur venir en aide. Le Parc Maximilien est véritablement devenu une sorte de point de chute pour toutes les personnes qui ont besoin d’aide.

Une indignation à l’origine de l’engouement

"C’est le "opkuizen" de Théo Francken qui a véritablement lancé notre plateforme" s’exclame Mehdi Kassoul. En référence au statut Facebook du secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration qui désirait "nettoyer le parc Maximilien". Ce genre de terminologie a choqué l’opinion public et a permis à la plateforme de s’agrandir jusqu’à atteindre ce qu’elle est aujourd’hui, soit près de 600 familles volontaires. Mais ce n’est pas la seule raison, déclare Mehdi Kassoul: "Ce qui est assez surprenant et très agréable, ce sont les témoignages de ces personnes qui sont autant reconnaissantes que les personnes qu’elles hébergent. Ces familles se découvrent elles-mêmes plus humaines. Briser des clichés, des idées reçues, des stéréotypes. C’est vraiment l’élément qui fait que des familles qui hésitaient hier sauteront le pas aujourd’hui."

De plus en plus de familles se portent volontaires pour accueillir ces réfugiés. Mais ça n’a pas toujours été le cas. Entre la crainte de faire entrer un inconnu dans son intimité, la peur des maladies ou encore l’appréhension d’être confronté à leur parcours de vie, se porter volontaire n’est pas chose aisée. Une crainte réciproque partagée par ces réfugiés qui, pour la plupart, sont envoyés dans les 4 coins de la Belgique. Finalement, s’engager revient à se mettre un court instant dans la peau d’un migrant. Si la prise de contact est délicate, les différents témoignages font état de la mise en place d’une vraie relation entre les migrants et les familles volontaires. Se retrouver en tête à tête avec un réfugié permet de comprendre l’immense difficulté de son parcours. Une proximité et une dimension presque maternaliste se mettent en place jusqu’à transformer le réfugié en véritable ami de la famille.

 

Pour rejoindre cette initiative, il suffit de rejoindre le groupe Facebook : Hébergement Plateforme Citoyenne

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK