La NASH, une maladie silencieuse due à la malbouffe

Depuis une vingtaine d’années, le foie subit une véritable mutation. On estime aujourd’hui que 30 % de la population présente de la graisse dans le foie, première étape avant la NASH, le plus souvent sans le savoir. La NASH est une maladie silencieuse, sans symptôme, qui dégrade insidieusement le foie.

"La NASH est une maladie que l’humain a créé par son alimentation, elle n’existait pas avant que la malbouffe ne débarque. Les chips ne tombent pas dans notre bouche, depuis le ciel, nous sommes tousn responsables de nos comportements", explique Dominique Lannes. "C’est une maladie de société, et c’est ce pourquoi il ne faut pas culpabiliser", prévient-il d'emblée.

Un nombre de diagnostics en augmentation constante

Nous mangeons trop gras, trop sucré, et cela va en augmentant dans le monde entier. On baigne dans les sollicitations du matin au soir. Oui, il faut faire un effort pour lutter contre la malbouffe. Il y a un effort individuel mais surtout collectif à faire.

Tout le monde n’est pas encore atteint de la maladie de Nash, mais à ce stade, on peut déjà parler d’épidémie, car le nombre de personnes diagnostiquées ne fait qu’augmenter, le phénomène n’a pas de frontières. La maladie se développe partout, dans les pays riches et dans les pays pauvres.

Une épidémie à laquelle on peut échapper

Pour échapper au NASH, il faudrait tout simplement changer nos comportements alimentaires mais aussi nos habitudes de déplacement. Nous sommes trop sédentaires et cela ne fait qu’accroitre le problème. Prendre les escaliers, faire du vélo, contrôler son poids,… Autant de choses à faire au quotidien pour prévenir efficacement.

Au niveau alimentaire, il faut comprendre que le foie transforme tout le sucre excédentaire en graisse, laquelle s’accumule inévitablement dans notre corps... et notre foie. " Je ne suis pas un ayatollah de l’alimentation. Les petits plaisirs restent évidemment permis, mais il faut veiller à ce que ça ne soit pas du matin au soir non plus ", explique Dominique Lannes.

Quelles différences entre cirrhose et NASH?

Dans une cirrhose, le foie est complètement saturé par un tissu fibreux. On peut arriver à cet état dramatique de différentes façons : consommation excessive d’alcool, hépatite virale B ou C, ou NASH. La NASH est une hépatite qui évolue progressivement vers la cirrhose.

Toutes les personnes qui ont un foie stéatosé n’évoluent pas vers le stade de NASH pour autant. En France, on estime que 30% des Français ont un foie surchargé en graisse, mais seulement 10% évolueront vers cette forme agressive de la stéatose, la NASH, qui est une hépatite qui évolue vers la cirrhose.

Une maladie difficile à diagnostiquer

Difficile de donner des chiffres très précis puisque la seule façon de dresser un diagnostic clair de la NASH est de faire une ponction du foie et de l’analyser au microscope. Et on ne fait évidemment pas ça sur tous les patients car c’est un examen un peu invasif. Mais l’on estime que 1 à 3% des patients européens pourraient être concernés par la NASH.

Si l’on fait cet examen sur un foie touché par la NASH, on peut voir des cellules complètement chargées de bulles de graisse, d’acides gras, de triglycérides. On voit aussi des signes d’inflammation et des cellules mortes à cause de cette inflammation. Enfin, on voit ce qu’on redoute le plus dans cette maladie, à savoir la fabrication, par le foie, de fibrose, c’est-à-dire des fibres plastiques qui ne pourront pas être dégradées. Au stade terminal de la maladie, le foie est complètement envahi par ces fibroses. C’est ce qu’on appelle la cirrhose. C’est là que les ennuis très sérieux commencent.

Sans prélèvement, comment savoir si nous sommes touchés par cette maladie ?

"C’est tout le problème de cette maladie", explique le docteur Lannes. "Cette maladie est silencieuse. Le foie est très discret, même quand il souffre. On ne constate aucune douleur, aucun signe particulier dans les 20 premières années de développement du NASH. Ce n’est que lorsque l’état de cirrhose se développe qu’on voit apparaître les premiers symptômes : jaunisse, hémorragie digestive, coma. Et à ce moment-là, c’est déjà trop tard puisqu’on est au stade terminal.

Par contre, on sait que cette maladie se développe quand on est obèse, quand notre alimentation est trop chargée en graisses et en sucre, quand on a trop de cholestérol dans le sang. C’est encore plus le cas quand on a cette fameuse bouée abdominale ou qu’on est atteint de diabète, car le sucre est transformé en graisse dans le foie.

L’échographie peut être un premier moyen de détecter un foie trop chargé en graisses, car celui-ci sera très brillant. La prise de sang peut elle aussi montrer une perturbation au niveau du foie. "C’est à ce moment-là qu’il faut prêter attention à notre état et se demander si on n’est pas porteur de la NASH", avance le docteur. "Ceci étant, il est difficile aujourd’hui d’affirmer avec certitude qu’on a la NASH, surtout à un stade débutant."

Le sujet vous intéresse ? Vous voulez en savoir plus sur cette maladie silencieuse qu’est la NASH ? Ecoutez le docteur Dominique Lannes au micro de Véronique Thyberghien.

 

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK