La maladie d'Alzheimer: entre croyances et souffrances

Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui détruit les cellules cérébrales de façon lente et progressive. Une maladie très éprouvante et très douloureuse autant pour les proches que pour le patient et qui reste à ce jour assez mal connue. Son diagnostic et son traitement étant à ce jour encore difficiles à définir, il reste encore impossible d’en guérir. Si on l’associe souvent à la vieillesse à la maladie d’Alzheimer, elle peut pourtant se déclarer très tôt. Malgré toutes ces inconnues qui entourent cette pathologie, il existe des façons de poser le bon diagnostic à temps pour la neurologue Catherine Gillain

Alzheimer, maladie ou "signe de vieillesse" ?

A cette croyance qui associe vieillesse et Alzheimer, Catherine Gillan précise d’emblée : " L’Alzheimer ce n’est pas que pour les personnes âgées, ce n’est pas un diagnostic bien commode pour les personnes qui souffrent de pertes de mémoire ou d’un peu de démence, c’est une maladie réelle, dans les cas de patients génétiques, il y a des cas de patients où la maladie se déclarent lorsqu’ils ont la vingtaine ou la trentaine. "

Pour la neurologue, on peut comparer la maladie d’Alzheimer à un puzzle dont les pièces s’emboîtent au fur et à mesure de la vie. Il existe par exemple des prédispositions génétiques évidentes d’où les maladies chez les personnes jeunes. A ces prédispositions génétiques on rajoute les facteurs liés aux conditions de vie, les risques vasculaires, le diabète, l’obésité, les troubles du sommeil, et le puzzle se forme alors, pour qu’à partir d’un certain seuil d’atteinte des neurones et d’altération des symptômes cliniques apparaissent. Il y a donc véritablement une cascade émotionnelle, qui prend des années, plus au moins 15 ans avant que la maladie se déclare, explique Catherine Gillain.

On associe souvent Alzheimer comme un à signe de la vieillesse, or c’est une maladie à part entière. En effet la maladie d’Alzheimer est effectivement plus généralement lié à l’âge car son développement qui est long. " On sait qu’à la cinquantaine on est à un cas sur 4000, et qu’après 80 ans, presque à une personne sur cinq, parce que les facteurs de risques jouent de plus en plus un rôle important à cet âge-là. "

Alzheimer, maladie de société ?

Certains ont également tendance à réduire la maladie d’Alzheimer comme à un phénomène de société. " Oui dans la société économique actuelle où nous n’avons pas une bonne hygiène de vie, on voit une explosion de ce type de maladie mais depuis 15 ans, le nombre diminue chez nous alors que dans les pays sous-développés où ils commencent à prendre nos " mauvaises " habitudes de civilisation, la maladie d’Alzheimer augmente. "

Comme cette maladie est difficilement gérable, on pousse effectivement les personnes âgées qui en souffrent à aller en maison de retraite, ce serait donc LA bonne excuse pour ne pas s’occuper de nos aînés et donc aussi LA maladie de notre société. Pour la neurologue il faut tout de suite arrêter de stigmatiser la maladie d’Alzheimer comme, un bouc émissaire qui serait en fait notre façon déguisée de ne pas accepter les personnes âgées dans la société, c’est faux, le diagnostic a simplement évolué et avec lui sa prise en charge.

Alzheimer, une sorte de démence parmi d’autres ?

Oui c’est une maladie, oui c’est une démence. A partir du moment où on peut poser un diagnostic aussi précis que possible, on peut dès lors proposer aux patients des traitements. D’où l’importance d’établir un diagnostic très précis. " On a affiné le diagnostic d’Alzheimer qui a permis également de découvrir à quel point le monde des maladies de démence, s’est élargi également. On arrive au point crucial où il faut arriver à essayer d’arriver à un diagnostic le plus précis possible, d’abord dans les démences, dans 60 % des cas de démences, 40 %  ne sont pas dû  à Alzheimer, il y a aussi des gens qui présentent des symptômes similaires mais qui font partie d’autres maladies. "

Il y a donc une réelle utilité à poser le bon diagnostic mais il existe malheureusemnt des retards de diagnostic qui peuvent prendre des années d’où la nécessité d’une hyper spécialisation dans ce type de maladie selon Catherine Gillain.

 

 

Pour en savoir plus sur la maladie d'Alzheimer, sur sa prise en charge, sur son diagnostic, sur les évolutions en matière de recherches, écoutez la suite de l'émission de Tendances Première !

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK