La gratitude : un antidote au mal-être

temporary-20180603102222
temporary-20180603102222 - © Tous droits réservés

“On reconnaît le bonheur au bruit qu'il fait quand il s'en va.” Cet adage de Jacques Prévert met en lumière notre quête interminable du bonheur. Selon Ilios Kotsou, "cultiver la gratitude" nous permet d’apprécier les bienfaits de notre vie telle qu’elle se déroule.

L’évolution nous a dotés de formidables capacités d’adaptation qui nous permettent de faire face à la plupart de difficultés, qu’elles soient d’ordre privé ou professionnel. Certaines études ont mis en évidence que ce processus d’adaptation fonctionne aussi pour les éléments positifs de notre environnement, auxquels nous nous habituons d’ailleurs encore plus vite. Nous prenons pour un dû la plupart des bienfaits de notre existence, et ne nous rendons bien souvent compte de la chance que nous avions que lorsque la roue tourne. Nous regrettons notre corps en forme quand blessures ou maladies sont là, nous souffrons de ne pas avoir dit à temps à cet ami cher que nous tenions si fort à lui ou combien il nous avait aidés. En tant qu’éternels insatisfaits, nous sommes toujours tentés de nous comparer aux autres en termes d’apparence, de statut ou de biens matériels.

L’effet "L’herbe est souvent plus verte chez le voisin"

L’effet "L’herbe est souvent plus verte chez le voisin" explique en partie pourquoi, bien que la richesse de nos pays ait presque continuellement augmenté ces 30 dernières années, notre niveau de bien-être ne suit pas la même courbe. Cette citation met en lumière notre  tendance à comparer nos situations et réalisations à celles des autres. L’état d’esprit consumériste de nos sociétés fait que nous considérons très rapidement pour acquis ce que nous avons, désirant presque immédiatement autre chose.

Un antidote : la gratitude

Les chercheurs ont montré que cette comparaison sociale était à la base du mal-être ambiant, déclenchant notamment des émotions telles que la frustration ou encore la convoitise. Heureusement les chercheurs ont découvert un antidote : la gratitude.

Cette émotion qui est une des plus étudiées en psychologie aujourd’hui nous rend capables d’apprécier les bienfaits de notre vie telle qu’elle se déroule. La gratitude nous rend plus optimiste et davantage satisfait de l’existence en plus des effets positifs qu’elle apporte sur notre santé, notamment sur notre sommeil. Parce qu’elle est tournée vers les autres et vers le monde, la gratitude a également des effets positifs sur nos relations. Cultiver la gratitude réduit notre tendance au stress, à la solitude et à la dépression en nous rendant plus altruistes.

Les conseils d’Ilios

Pratiquer la gratitude, c’est faire ce que Christophe André appelle l’exercice "démocratie et douche chaude". Nous avons naturellement tendance à oublier nos chances, qu’il s’agisse de liberté d’expression, d’accès à l’eau potable, etc... Or, quand nos besoins de base sont satisfaits, notre conscience est le meilleur moyen de (ré)enchanter le quotidien !

"Bénis chaque jour tes chances !"

De temps en temps, s’offrir une journée de conscience des bonheurs cachés : du matin au soir, ouvrir les yeux sur toutes les sources de joie auxquelles nous sommes devenus aveugles. En raisonnant par défaut, si c’est au début trop difficile : si cela m’était retiré, dans quel état ça me mettrait ? Alors, prendre une douche chaude, enfiler des vêtements propres, chantonner dans la rue, croquer une pomme, retrouver des gens qu’on aime bien, avoir un lit pour dormir, tout cela redeviendra source de bonheur…

Regardez la séquence "Nous, vous ... le monde" dans Week-end Première avec Ilios Kotsou. Ilios Kotsou est Docteur en psychologie et Maitre de Conférences à l'Université Libre de Bruxelles, il analyse chaque semaine un thème fondamental de nos vies quotidiennes. Retrouvez-le sur son blog, sur sa page Facebook et tous les dimanches dans Week-end Première.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK