La biologie des tumeurs, Daily Science et la mouche soldat

La biologie des tumeurs, Daily Science et la mouche soldat
9 images
La biologie des tumeurs, Daily Science et la mouche soldat - © Tous droits réservés

Les invités de Fabienne Vande Meerssche (@fvandemeerssche) dans LES ECLAIREURS sont :  Christian Du Brulle journaliste scientifique, directeur de DailyScience, cofondateur et rédacteur en chef de DailyScience.brussels; Agnès Noël, Professeure de Biologie Cellulaire et Moléculaire à l’ULiège, directrice du GIGA-Cancer et co-coordinatrice du Laboratoire de Biologie des Tumeurs et de Développement & Étienne Toffin, Docteur en Sciences à l’ULB, spécialisé dans l’étude des comportements collectifs chez les insectes, impliqué dans la recherche Action Participative,  co-créateur et coordinateur du  projet ValueBugs.

 

DIRECT : samedi 30 novembre 2019 à 13h10’

DIFFUSION: samedi 1er août 2020 à 13h10’

REDIFFUSION : dimanche 2 août 2020 à 23h10’

Christian Du Brulle

Christian Du Brulle est journaliste professionnel passionné par les sciences et la recherche (fondamentale et appliquée). Il a passé de nombreuses années dans la presse écrite, où il a notamment piloté une page quotidienne consacrée à la Science et à la Santé. Christian Du Brulle a également prêté sa plume à divers supports (articles, magazines, livres…) visant à rapprocher les citoyens de la " Science ", à la démystifier, à l’expliquer.

Depuis 2014, il développe et dirige DailyScience , un média belge et francophone en ligne consacré à l’actualité scientifique, la recherche et l’innovation, qui se développent chez nous, en Fédération Wallonie-Bruxelles essentiellement, mais aussi à l’international.

DailyScience est un " pure-player ". Ses informations sont accessibles de manière digitale, sur son site web et ses réseaux sociaux. Par ailleurs, l’accès à DailyScience est entièrement gratuit. L’objectif est d’offrir l’accès le plus large possible à la connaissance et éveiller l’intérêt pour la science, la recherche et l’innovation. Le but est aussi de doper la visibilité des cerveaux à l’œuvre en Belgique, susciter un engouement pour les études et les métiers dans les multiples disciplines liées aux progrès des savoirs. Le tout de manière accessible et agréable.

Le financement de cette initiative est assuré par des soutiens publics, académiques et le mécénat privé. Des partenaires qui n’interviennent nullement dans les choix rédactionnels des journalistes scientifiques de DailyScience .

L’ambition de ce média est à la fois simple et terriblement compliquée !  Aider ses lecteurs à mieux comprendre et apprécier la science d’aujourd’hui. En particulier celle qui foisonne dans nos universités, nos centres de recherches, nos entreprises, qu’il s’agisse de découvertes, de progrès, de politiques de la Recherche ou de toutes autres approches, parfois ludiques, mais toujours susceptibles d’entraîner un certain " nivellement par le haut " !

Pour découvrir Daily Science, cliquez ici.

Actuellement, avec le journaliste Frans Steenhoudt, Christian Du Brulle pilote le développement et la rédaction d’un nouveau média bruxellois : " DailyScience.brussels " ; un média aussi consacré à la science, la recherche et l’innovation qui existe depuis septembre 2019, grâce au soutien de la Région de Bruxelles-Capitale.

Ce nouveau média informe quotidiennement ses lecteurs de l’actualité scientifique plus spécifiquement bruxelloise et s’adapte au bilinguisme de cette Région. DailyScience.brussels est en effet rédigé en français et néerlandais. Selon les informations diffusées, les articles sont intégralement ou partiellement proposés dans les deux langues officielles de la Région. C’est une question de choix rédactionnels. L’idée est aussi de donner aux lecteurs le goût de découvrir une information dans la langue d’origine du ou des chercheurs concernés. Par ailleurs, si DailyScience.brussels s’intéresse aux recherches qui se développent à Bruxelles ou qui ont Bruxelles comme objet, il s’intéresse aussi aux chercheurs qui sont passés par Bruxelles et qui développent depuis des carrières passionnantes, parfois bien au-delà des limites de son territoire.

 

Un média couvrant l’actualité scientifique à Bruxelles s’imposait dans la mesure où la ville possède 51 établissements d’enseignement supérieur sur son territoire, et constitue ainsi la plus grande ville étudiante de Belgique. Bruxelles accueille aussi de nombreuses institutions ayant la recherche et la science au cœur de leurs préoccupations telles que : le FNRS (Fonds de la recherche scientifique) et le FWO (Fonds Wetenschappelijk Onderzoek) ou encore la Commission européenne. Enfin, un tel média se justifie, comme l’indique Innoviris, " au vu de la concentration de chercheurs, par rapport à la population active, plus élevée que dans d’autres régions ".

Largement inspiré des valeurs et des objectifs de DailyScience.be,  DailyScience.brussels est cependant un média différent. Son indépendance et sa liberté rédactionnelles en ligne sont garanties par Innoviris et ses partenaires. DailyScience.brussels n’est donc pas le porte-parole d’une quelconque institution académique ou régionale. Notons que certaines de ses informations sont diffusées en priorité via l’agence de presse Belga.

Dans les prochains mois, le site de DailyScience.brussels se doublera d’une agence de presse destinée aux journalistes. Des informations sous embargo, réservées dans un premier temps aux professionnels des médias, y seront proposées. Un agenda des activités (expos, conférences, manifestations diverses en lien avec la science et la culture scientifique) complétera aussi l’éventail des informations diffusées sur le site.

 

Pour en savoir plus sur DailyScience.Brussels, cliquez ici.

Agnès Noël est professeure de Biologie Cellulaire et Moléculaire à l’ULiège, directrice du GIGA-Cancer et y coordonne avec le Professeur Didier Cataldo, le Laboratoire de Biologie des Tumeurs et du Développement.

 

Ses recherches portent notamment sur la formation du système lymphatique et son rôle dans le processus métastatique.

Après une licence en Sciences Zoologiques (1984) à l’Université de Liège, Agnès Noël débute ses recherches en cancérologie expérimentale sous la supervision du Professeur Charles Lapière et du Professeur Jean-Michel Foidart. Elle décroche son doctorat en Sciences Biomédicales en 1991, avec une thèse sur les interactions entre les cellules cancéreuses et les cellules normales infiltrant les tumeurs. Ses recherches en cancérologie démontrent le rôle important joué par les cellules présentes dans l’organe dans lequel un cancer se développe. Ces cellules hôtes composant le microenvironnement tumoral  ne sont pas des témoins passifs du développement du cancer, mais sont activement impliquées dans la croissance du cancer.  Ce concept de microenvironnement tumoral est maintenant largement accepté par la communauté scientifique.

 

Ces recherches ont éveillé son intérêt pour les protéases produites par les cellules de l’hôte en réponse à des messagers chimiques produits par les cellules tumorales.

 

Après ces recherches, elle passe alors de la biologie cellulaire à la biologie moléculaire en accomplissant un post-doctorat de 2 ans, à l’Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire (IGBMC) du Professeur Pierre Chambon, dans l’équipe du Professeur Paul Basset. De retour à Liège, Agnès Noël passe progressivement du statut de Chercheur Qualifié (1995) à celui de Maître de Recherches (1999) du FNRS, Chargé de Cours (2003), Professeur (2007), et Professeur Ordinaire (2011) de l’Université de Liège.

 

Agnès Noël présente sa thèse d’agrégation de l’enseignement supérieur en 1998 et s’investit dans la Maîtrise en Sciences Biomédicales où elle enseigne la biologie moléculaire et cellulaire, ainsi que l’oncologie moléculaire. Actuellement, elle dirige le centre de recherche GIGA-Cancer (regroupant plus de 100 chercheurs) et y coordonne avec le Professeur Didier Cataldo, le Laboratoire de Biologie des Tumeurs et du Développement (LBTD).

 

 Ses travaux actuels, soutenus par le WELBIO, sont essentiellement orientés sur la vascularisation des tumeurs (angiogenèse et lymphangiogenèse), une étape clé contrôlant la croissance des tumeurs et la formation de métastases par voies hématogène et lymphatique.

 

Ses contributions en recherche cancérologique ont été reconnues par sa nomination comme membre permanent de l'Académie royale de Médecine de Belgique (ARMB) et par plusieurs prix nationaux et internationaux. Elle fut la première femme présidente de la Société Belge de Biologie Cellulaire et du Développement (BSCDB) et membre élue représentante de l’Europe dans la Société Internationale de Protéolyse (IPS). Elle est également très engagée auprès de la communauté scientifique européenne en tant que membre de projets européens et coordinatrice du réseau d'excellence FP7 européen intitulé Microenvimet (2008-2012) qui visait à comprendre et à combattre les métastases en modulant le microenvironnement tumoral.

 

Les études menées par le consortium européen supportent le concept de niche pré-métastasique selon lequel les cellules tumorales de la tumeur primaire préparent à distance l’environnement des organes qu’elles vont coloniser. C’est en interagissant étroitement avec des cliniciens du CHU de Liège qu’elle poursuit ses recherches sur la dissémination métastatique et l’angiogenèse associée à d’autres processus pathologiques tels que les maladies oculaires (la dégénérescence maculaire liée à l’âge).

 

Plus récemment, ses travaux portent sur le lymphoedème, un défaut du système lymphatique associé au cancer.

 

Agnès Noël contribue à la formation continue de jeunes chercheurs par ses enseignements dispensés aux étudiants bacheliers et en maîtrise en Sciences Biomédicales, ainsi que par l’encadrement de doctorants (>26 doctorants formés sous sa supervision). Dans ce contexte, elle est Présidente de l'École Doctorale Thématique en Cancérologie Expérimentale du Fonds National de la Recherche Scientifique (F.R.S.-FNRS).

Etienne Toffin

Étienne Toffin est Docteur en Sciences à l’ULB, spécialisé dans l’étude des comportements collectifs chez les insectes et également, depuis 3 ans, dans la Recherche Action Participative.

 

Étienne Toffin a débuté ses recherches par une thèse portant sur la morphogenèse du nid chez les fourmis, sous la direction de Jean-Louis Deneubourg à l’ULB (2004-2010). Ce travail consistait à décrire la dynamique de creusement et de structuration du nid, en relation avec les comportements des insectes, pour caractériser des mécanismes/comportements sous-jacents fondamentaux, mais pouvant générer une infinité d’architectures.

 

Il a ensuite travaillé comme chargé de recherches FNRS dans l’équipe de Jean-Claude Grégoire à l’ULB (2012-2015), en s’intéressant à deux espèces de scolytes (coléoptères xylophages) qui s’attaquent aux épicéas de nos forêts wallonnes, mais avec des stratégies et des patterns collectifs d’attaque différents. L’idée était de caractériser, en lien avec leur écologie, les différences majeures de stratégie entre ces deux espèces inféodées au même hôte.

Etienne Toffin s’est également penché sur les tiques afin d’évaluer l’effet des répulsifs sur leurs comportements exploratoires. Le fil rouge de ces travaux est l’étude des comportements de groupe, qu’on appelle aussi patterns dans le contexte plus général des systèmes complexes, qui émergent des interactions entre les individus et la médiation de l’environnement.

Depuis bientôt 3 ans, Étienne Toffin s’est lancé avec passion dans la Recherche Action Participative en co-créant et coordonnant le projet ValueBugs. Ce projet de recherche a pour objectif de nourrir à domicile des larves de mouche soldat noire avec des épluchures domestiques, pour les utiliser ensuite comme aliment protéiné pour les animaux d’élevage et domestiques des ménages bruxellois. Point de jonction entre les deux spécificités de son travail de recherche (les comportements collectifs et la recherche action participative), les larves de mouche soldat noire qui sont au cœur de ValueBugs présentent, elles aussi, des patterns grégaires à l’échelle du groupe.

 

Dans ce contexte, Étienne Toffin fait aussi partie d’un collectif hybride constitué de citoyen.nes-chercheur.es, d’associations et d’acteurs de terrain bruxellois et de plusieurs laboratoires de recherche scientifique, un projet monté dans le cadre de l’appel Co-create d’Innoviris. Ce projet mobilise de nombreux chercheur.es afin de trouver des solutions à des problématiques urbaines locales. L’objectif est d’approfondir la diffusion scientifique en rendant plus accessible la Recherche au grand public, grâce au partage des grandes étapes de la démarche avec des méthodologies réinventées pour être au service du plus grand nombre.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK