L'intolérance alimentaire, une réelle souffrance

Intolérance alimentaire - Photo prétexte
3 images
Intolérance alimentaire - Photo prétexte - © NDTV Food

Margot Montpezat est intolérante au gluten, aux produits laitiers, et aux œufs. Depuis qu'elle a enlevé ces aliments de sa routine quotidienne, sa vie a considérablement changé. Un parcours peu évident qu'elle raconte dans "Journal d'une intolérante alimentaire" (Les Arènes).

C'est en 2013 que Margot reçoit les résultats de ses tests : gluten, œufs, produits laitiers, pavot, miel, ... Autant d'aliments qu'elle ne pourra désormais plus consommer. Les trois premiers sont évidemment plus dérangeants puisque le gluten, par exemple, se retrouve dans près de 70% des produits transformés, ce qui l'oblige à scruter à la loupe l'étiquette de chaque produit pour s'assurer qu'il ne contient pas de gluten, tandis que les œufs et le lactose font eux aussi partie de l'alimentation de base.

Paroi de l'intestin dysfonctionnelle

Si son intolérance au lactose avait déjà été détectée alors qu'elle était encore enfant, Margot Montpezat ignorait totalement son intolérance au gluten et aux œufs jusqu'au fameux test de 2013. Des années difficiles puisque "les personnes confrontées à cette intolérance souffrent de problèmes de digestion, d'inflammation, de boutons, d'aphtes, de douleurs articulaires,...", explique Margot. "Le système immunitaire est touché dans son ensemble parce que la paroi de l'intestin ne fait plus barrière et laisse passer des molécules d'aliments dans le sang, qui provoque une réaction de tout le système et dérègle la santé, et donc le bien-être général de la personne atteinte", ajoute-t-elle.

"J'ai eu mal au ventre pendant 23 ans"

"Dès lors qu'il s'agissait de se nourrir et de manger, c'était compliqué ... J'ai eu mal au ventre pendant 23 ans. Je suis tellement plus heureuse aujourd'hui!", confie Margot Montpezat. "Après la cantine, j'étais pas bien; de façon générale, je passais mon temps à dormir, j'étais toujours à côté de la plaque". Rien d'étonnant à cela : la fatigue est l'un des symptômes de l'hypersensibilité au gluten. "On n'est plus soi-même car nos douleurs chroniques prennent toute la place", explique Margot.

"Ça n'est pas moi le problème, c'est ce que je mange"

Se rendre compte que le problème venait non pas d'elle mais des aliments qu'elle ingérait, a mis du temps chez Margot, qui a longtemps cru que c'était normal. "Avoir la diarrhée et des ballonnements tout le temps, ça n'est absolument pas normal! On commence seulement maintenant à mettre le doigt sur les vraies causes, il est donc important aujourd'hui de raconter et témoigner", raconte Margot Montpezat.

Le carnet quotidien est votre meilleur allié

Difficile de distinguer une intolérance d'une maladie plus grave comme le cancer, la maladie de Crohn, etc. "Pour les maladies plus sévères, il y a toujours un protocole à suivre, des gastro-entérologues pour vous guider", explique Margot. A contrario, "s'il s'agit d'une intolérance, c'est plus complexe : le meilleur diagnostic vient de l'auto-observation, c'est-à-dire tenir un petit carnet quotidien dans lequel on note ce qu'on a mangé et l'état dans lequel on se sent. Ensuite, on commence à exclure certains aliments, comme le gluten, et là, ça va très vite..." Après une semaine, c'est le jour et la nuit; chez Margot, il y a eu une amélioration immédiate. "Mais il faudra quand même attendre une bonne année pour que tout le système, à la fois digestif et immunitaire, soit véritablement remis à neuf", ajoute-t-elle.

Margot Montpezat raconte ses années d'"intolérante qui s'ignorait" au micro de Véronique Thyberghien dans Questions-Clés.

Margot Montpezat dans Questions Clés

Margot Montpezat, comme des milliers de personnes en France et en Belgique, est intolérante au gluten, aux produits laitiers et aux œufs. Depuis qu'elle les évite, sa vie a considérablement changé. Elle nous livre dans son « journal d'une intolérante alimentaire » (ed. les Arènes) un témoignage pratique et décomplexé, et une enquête approfondie auprès des meilleurs spécialistes. Elle est au micro de Véronique Thyberghien.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK