L'image de soi chez les adolescentes : des chiffres interpellants

L'image de soi chez les adolescentes: des chiffres interpellants
L'image de soi chez les adolescentes: des chiffres interpellants - © Tous droits réservés

Chrystelle Charlier qui anime le blog www.imparfaites.be revient sur l’image de soi chez les adolescentes et sur une étude menée par la marque Dove. Cette étude a été réalisée sur des jeunes de 8 à 15 ans. Quelques chiffres interpellants

 

77% des jeunes filles se sentent peu sûres de leur apparence. Près de la moitié veut changer quelque chose à leur apparence. L’image qu’elles renvoient aux autres est très importante pour elles

Ça les impacte beaucoup. Parce que nombre d’entre elles évitent de prendre part à des activités pour éviter de se confronter au regard des autres.

L’influence des réseaux Sociaux

Une jeune fille sur 4 estime qu’elle est obligée d’apparaître sous son meilleur jour sur les réseaux sociaux.

A titre d’exemple :

  • 30% utilisent des filtres pour adapter leurs photos et
  • 56% ne les postent que si elles sont parfaites.
  • Une fille sur 5 efface ses photos si elles ne récoltent pas assez de likes. Elles disent qu’elles se sentent seules lorsqu’il n’y a pas beaucoup de réponses.

Selon Chrystelle Charlier : « Les réseaux sociaux c’est donner la possibilité aux autres de nous valider ou de nous invalider. Ça a un impact énorme sur la construction d’un jeune en pleine construction. Ça peut même être dangereux si c’est fait sans contrôle »


Le rôle des influenceurs

Beaucoup de parents n’ont pas conscience de l’influence des influenceurs et des réseaux sociaux. Bien souvent, les situations que l’on y retrouve montrent une vie idéalisée et laissent croire que c’est la norme.

Les jeunes perçoivent bien que la publicité ne montre pas la vie réelle. Par contre, c’est beaucoup plus flou lorsque l’on parle des instagrammeurs, blogueurs et autres.

L’influenceur donne l’impression d’être vrai et d’être réel mais ce n’est pas le cas. Tous les clichés sont préparés et répondent à des codes très proches de la publicité.

Les instagrammeurs et influenceurs font toujours croire qu’ils sont des gens normaux mais en montrant une vie parfaite.

Bien souvent, ces influenceurs n’ont pas conscience de leur public. Les instagrammeuses sont suivies par une majorité de filles de 13-14 ans. Mas actuellement, la plupart réfutent leur responsabilité et l’image qu’elle renvoie

Ce qui semble sûr, c’est que ce sont les jeunes qui font vivre les instagrammeurs. Ce sont eux qui achètent les produits mis en avant.

Quelques conseils aux parents

 

A voir

www.imparfaites.be

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK