L'Hotel Chelsea, ce lieu new-yorkais qui vit passer de très grands noms

L'Hotel Chelsea, ce lieu new-yorkais qui vit passer de très grands noms
L'Hotel Chelsea, ce lieu new-yorkais qui vit passer de très grands noms - © Tous droits réservés

Le Chelsea Hotel, c’est un lieu qui, grâce à la politique d’accueil et d’hospitalité menée par son propriétaire Stanley Bard, est devenu une sorte de muse pour de très nombreux artistes et a vu naître en son sein des œuvres considérées aujourd’hui comme des chefs-d’œuvre, musicaux ou non.

Le roman "2001: L'odyssée de l’espace" d’Arthur C. Clarke a été écrit au Chelsea Hotel, ainsi que "Sur la route" de Jack Kerouac et "Sad Eyed Lady of the Lowlands" de Bob Dylan. Niki de Saint Phalle et Willem de Kooning y ont résidé, tout comme Stanley Kubrick, Janis Joplin ou Milos Forman. Quelques noms parmi tant d’autres.

Bref, les chambres et les couloirs vétustes et poussiéreux du Chelsea Hotel résonnent de tant d’œuvres et de légendes qu’on a décidé de pousser la porte pour tenter de percevoir la magie, parfois noire, qui émane de ses murs.

Philippe Brossat, auteur du livre "Streets of New York. L’histoire du rock dans la Big Apple" paru aux Editions "Le mot et le reste", revient sur l'histoire de ce fameux hôtel au micro de Jonathan Remy.

C’est donc dans ce décor déserté par les robustes dockers irlandais, au milieu des galeries d’art, des clubs et des studios, dans un quartier grouillant de culture et de musique en tous genres, que se dresse, au 222 West de la 23ème rue, l’Hôtel Chelsea.

L'Hotel Chelsea est un très bel immeuble de 20 étages. Il est construit en 1884, et à cette époque, il est le plus grand immeuble de Manhattan. Son style est un peu bizarre - victorien, gothique - avec des balcons en fer forgé magnifiques. Il est de couleur ocre. C'est un immeuble très impressionnant.

Voici ce qu'écrit Patti Smith au sujet de l'Hotel Chelsea dans Just Kids, le livre autobiographique de la poétesse, chanteuse, musicienne, peintre, photographe et écrivaine paru en français aux Editions Denoël.

Dans l'intervalle, rien ne m'échappe. Je louche sur les allées et venues des pensionnaires dans le vestibule où sont accrochées de mauvaises toiles de peintres. De grosses choses envahissantes que s'est fait fourguer Stanley Bard en échange d'un loyer. L'hôtel est un havre énergique, désespéré, pour des dizaines d'enfants doués de tous rangs, qui vivent de débrouille. Guitaristes pouilleux et beautés droguées en robes victoriennes. Poètes junkies, dramaturges, cinéastes fauchés, acteurs français. Tous ceux qui passent par ici sont quelqu'un - même s'ils ne sont personne dans le monde extérieur."

Vous l'aurez compris, Patti Smith raconte entre autres choses dans ce livre sa vie au Chelsea Hotel avec son compagnon, le photographe Robert Mappelthorpe, en 1969. Elle parle de l’hôtel comme de sa nouvelle université et décrit les résidents, avec beaucoup de tendresse, comme des clochards extravagants. Et puis, elle parle de Stanley Bard. Celui sans qui cette histoire ne mériterait nullement d’être raconté et qui, comme nous l’explique Philippe Brossat, a pris la succession de son père au milieu du 20ème siècle.

 

Cet article vous a plu? Vous voulez en savoir plus sur l'Hotel Chelsea? Réécoutez la séquence intégrale de Jonathan Remy sur l'Hotel Chelsea.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK