L'exil des Juifs en Israël, pour plus de sécurité ?

L'exil des Juifs en Israël, pour plus de sécurité ?
L'exil des Juifs en Israël, pour plus de sécurité ? - © Tous droits réservés

De plus en plus de Juifs de Belgique et de France ont décidé de faire l’alya, c’est-à-dire d’aller vivre en Israël. Au cours des dernières années, 250 Belges ont fait ce choix, contre 20.000 Français pour les 3 dernières années. Qui sont-ils ? Que cherchent-ils ? Quel est leur profil ? Pascal Claude fait le point dans 'Et Dieu dans tout ça?'

"Ça n’est pas un choix qu’on prend comme ça sur le pouce", confie, dans un reportage de Daniel Fontaine, Michel Parrales, un Belge parti vivre en Israël. "C’est un choix réfléchi, le résultat d’une démarche qui a commencé il y a des années. Ce qui a fait accélérer le processus entamé, c’est la naissance de mes enfants. Vu les circonstances, la réalité qui est aujourd’hui la nôtre à Bruxelles et en Belgique, je me suis dit que ça n’était peut-être pas une bonne idée de continuer à vivre en Belgique et d’y faire grandir mes enfants".

L’attaque au Musée juif à Bruxelles, les meurtres de Merah ou encore l’horreur à l’Hyper Casher seraient-ils donc des événements qui pousseraient les Juifs à quitter nos pays pour se rendre en Israël ? Pour Daniel Fontaine, journaliste RTBF et auteur de plusieurs reportages sur le sujet, "ces événements ont certainement servi de déclencheur. Mais ce projet était latent depuis longtemps chez eux. L’attachement au peuple juif et à la terre d’Israël était présent depuis longtemps. Ce qu’ils appellent la détérioration de l’ambiance en Belgique et à Bruxelles à l’égard des Juifs les a poussés à partir."

Partent-ils parce qu’ils ont peur ? " L’insécurité est un maître mot, sur fond de religion et de sionisme", répond Serge Moati, journaliste et auteur du livre "Juifs de France, pourquoi partir ?". " Les attentats en France - car c’est chez les Français que j’ai mené mon enquête - ont joué (…) Et cette insécurité a été déterminante. Ces gens se sont dits ‘On n’a pas d’avenir en France : que va-t-il se passer pour nos enfants, entre une extrême droite qui monte et les islamistes ?’. Au départ, le fait d’aller chercher de la sécurité en Israël fait sourire. Puis, quand ils y sont, ils se sentent plus en sécurité car majoritaires et chez eux. Il y a aussi des raisons techniques qui expliquent cela : là-bas, tout le monde doit faire son service militaire qui dure 3-4 ans, et ils sont souvent armés et en civil. Les attentats y sont donc vite déjoués ", explique Serge Moati.

La sécurité en Israël, vraiment ?

"C’est vrai que, comme le disait Michel Parrales dans le reportage, l’idée de la sécurité en Israël peut faire sourire", explique Daniel Fontaine. "Car on sait qu’il y a régulièrement là-bas des attentats, des guerres, … La sécurité n’y est pas absolue. Mais au moins, dit-il, on a l’impression qu’en Israël, la sécurité est prise en charge, que l’Etat prend ça au sérieux, que toute la société est impliquée dans cette notion de sécurité et d’auto-protection du peuple juif. Sentiment qu’ils n’ont pas ou pas assez en Belgique, même si la situation a beaucoup évolué ces derniers mois.

Beaucoup de juifs de droite

Autre constat qui peut être dressé autour de ces "exils" : la plupart des Juifs français qui vont s’installer en Israël sont majoritairement de droite. Serge Moati n’a rencontré que très peu de juifs de gauche. "Tout le monde le dit : le centre de gravité de la communauté juive en France a basculé à droite. Comme visiblement la France en général. Ne me demandez pas mon avis là-dessus, je ne fais que constater les choses. Quand on pense à la communauté juive que j’ai bien connue dans le temps, elle votait Mitterrand en 1980. Mais c’est fini, elle n’est plus comme ça et ça vient de l’immigration et de l’insécurité, des notions qu’ils confondent allègrement. En plus d’avoir basculé à droite, cette communauté est séfarade, c’est-à-dire qu’elle vient d’Afrique du Nord, alors qu’’avant elle était ashkénaze, c’est-à-dire d’Europe."

Réécoutez l'émission dans son intégralité 

L'exil des Juifs de France et de Belgique vers Israël

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK