L'Evolution & Ecologie, l'Apprentissage et le Livre de la Renaissance

Fabienne Vande Meerssche
6 images
Fabienne Vande Meerssche - © Tous droits réservés

Ce samedi 29 juin 2019, Fabienne Vande Meerssche (@fvandemeerssche) reçoit dans Les Eclaireurs :  Renaud Adam, chercheur au service d’Histoire moderne de l’ULiège, spécialiste du Livre de la Renaissance, Président du Conseil scientifique de l’Unité de Recherches sur le Moyen Âge et la première Modernité " Transitions " ; Stéphanie Fabry , enseignante, Maître assistant chercheure en Pédagogie en formation des enseignants à Henallux (Haute Ecole Namur, Liège, Luxembourg) & Caroline Nieberding, professeure en Ecologie et Evolution à UCLouvain, responsable de l'équipe "Ecologie évolutive et génétique"  et co- coordinatrice de l’initiative #WeChangeForLife.

 

DIFFUSION : samedi 29 juin 2019 à 13h10’

REDIFFUSION : dimanche 30 juin 2019 à 23h10’

Renaud Adam

Renaud Adam est un historien du livre de la première Modernité et chercheur au service d’Histoire moderne de l’Université de Liège, où il enseigne, depuis 2012, l’Histoire du livre à la Renaissance.  Il est président du Conseil Scientifique de l’Unité de Recherches " Transitions "  sur le Moyen Âge et la première Modernité. Renaud Adam est aussi co-directeur du groupe de contact FNRS ModerNum. Réseau des modernistes francophones de Belgique et secrétaire du groupe de contact FNRS Documents rares et précieux.

 

Renaud Adam a travaillé une dizaine d’années (2002-2013) à la Réserve précieuse de la Bibliothèque royale de Belgique (KBR). Ses recherches doctorales y ont été menées dans le cadre des anciens programmes de la Politique scientifique fédérale (Belspo) " Pôles d’Attraction Interuniversitaires " (PAI) (2007-2011). Il a ensuite travaillé 6 mois à la Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin de Namur (2014) avant d’intégrer l’Université de Liège après avoir obtenu un mandat de chargé de recherches au FNRS (2014-2017) . Au cours de l'année 2017-2018, il a rejoint le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance de Tours, à la faveur de l'obtention d'une bourse Marie Curie, pour conduire des recherches sur les transferts culturels entre la France et les anciens Pays-Bas au XVIe siècle. 

Ses travaux portent principalement sur l’industrie du livre dans les anciens Pays-Bas (XVe-XVIIe siècle), avec une attention particulière aux questions d’ordre socioéconomique, aux transferts culturels et à la réception de la culture italienne.

Renaud Adam a abordé ces thématiques dans plusieurs livres, dont " Vivre et imprimer dans les Pays-Bas méridionaux (des origines à la Réforme) ", publié chez Brepols en 2018 ; " Lectures italiennes dans les pays wallons à la première Modernité (1500-1630) ", coécrit avec Nicole Bingen (Haute école Francisco Ferrer, Bruxelles) et paru dans la collection Études Renaissantes du Centre d’études Supérieures de la Renaissance de Tours ; ainsi que deux ouvrages consacrés à l’imprimeur Thierry Martens (ca 1446-1534) – dont un en collaboration avec Alexandre Vanautgaerden (Académie royale de Belgique).

Ses autres publications questionnent l’histoire des bibliothèques et des usages du livre depuis la fin du Moyen Âge jusqu’au début du XIXe siècle, les collections patrimoniales de livres en Belgique (XIXe-XXIe siècle) ainsi que l’historiographie de l’histoire du livre.

Renaud Adam prépare actuellement un ouvrage sur la problématique de la censure et, plus particulièrement, sur sa théâtralisation au XVIe siècle avec une interrogation en miroir du XXIe siècle.  

 

Pour la newsletter de l’UR " Transitions. Moyen Âge et première Modernité ", écrire à transitions@uliege.be

Stephanie Fabry

Stéphanie Fabry est enseignante, Maître assistant chercheure en pédagogie en formation des enseignants à l’Henallux (Haute Ecole Namur Liège Luxembourg.

Formée comme institutrice à l'Henallux Malonne, Stéphanie Fabry est également diplômée d’un Master en Sciences de l'Education à l'ULB ; master durant lequel elle réalise un stage de recherche sur la pratique réflexive à l'Università Cattolica de Milan. Depuis 2004, elle est Maître-assistant en pédagogie en formation d'enseignants à l'Henallux où elle donne cours de pédagogie et de psychologie et où elle est en charge du suivi des étudiants en stage et de la mise en place de dispositifs pédagogiques.

Ses recherches portent sur l’étude des systèmes éducatifs. Elle a ainsi pu observer les systèmes d'éducation canadien, danois et marocain. Depuis septembre 2016, elle participe à la recherche collaborative sur l'insertion professionnelle des enseignants portée par le Greffe Insertion (Groupe de Recherche et d'Echange pour Formateurs en Formation d'Enseignant)de l'UCL et orchestrée par la chercheure Catherine Van nieuwenhoven.

Depuis septembre 2017, dans le contexte de la réforme de la formation initiale des enseignants, Stéphanie Fabry se charge de déployer le volet recherche pour la formation des enseignant du  Centre Fors de l' Henallux . Elle relaye des informations relatives à des appels à projets - envoyés principalement par Synhera-, à des colloques et à Cripedis (Centre de recherche interdisciplinaire sur les pratiques enseignantes et les disciplines scolaires) et diffuse les résultats de recherches à ses collègues. Dans le cadre de cette mission, elle participe aussi en tant qu’enseignante et chercheure à la recherche sur l’ " apprentissage des enseignants en situation de travail " dirigée par Sephora Boucenna à l’UNamur-IRDENA (Institut de Recherches en Didactiques et Education de l’UNamur ) .

Ce projet de recherche doit répondre principalement à trois questions : comment les enseignants apprennent-ils en situation professionnelle ? Quelles sont les caractéristiques des situations qui produisent ces apprentissages ? et sur quels contenus portent ces apprentissages ?

L’objectif est donc d’identifier et comprendre les processus d’apprentissage des enseignants exerçant déjà le métier au niveau professionnel. Pour ce faire, l’étude cherche à déterminer les contenus faisant l’objets d’apprentissage auprès des enseignants en fonction du nombre de leurs années d’expérience. Elle vise aussi à identifier les caractéristiques des situations professionnelles de ruptures – porteuses de problématiques nouvelles -génératrices d’apprentissages auprès des enseignants. Cette étude, exploratoire, pragmatique et qualitative, tente de produire du savoir en partant directement de la pratique des enseignants et de leur subjectivité - c’est-à-dire de la façon dont ils exercent leur métier mais aussi de la façon dont ils le vivent. Sur le plan méthodologique, la recherche porte sur l’étude de trois cohortes d’enseignants : des enseignants en début de carrière (exerçant le métier depuis 2 ans) ; des enseignants ayant acquis entre 6 et 15 ans d’expérience ; et enfin des enseignants exerçant depuis plus de 20 ans. A terme, cette étude doit élaborer, au travers de groupes de travail – en partenariat avec des enseignants mais aussi d’autres acteurs du monde pédagogique -, des pistes concernant la formation continue, le pilotage, l’accompagnement pédagogique et la gestion de la carrière enseignante.

 

Pour en savoir davantage sur cette recherche dirigée par Sephora Boucenna, cliquez ici : 

Les résultats de cette recherche suivront.

Caroline Nieberding

Caroline Nieberding est professeure en Ecologie et Evolution à UCLouvain, responsable de l'équipe "Ecologie évolutive et génétique" et co-coordinatrice de l’initiative #WeChangeForLife.

Après une formation scientifique en international (notamment à l'Université de Montpellier en France et à l'Université de Leiden aux Pays-Bas, de 2002 à 2008), Caroline Nieberding est depuis 2008 professeure en Ecologie et Evolution à UCLouvain en Belgique, et responsable de l'équipe "Ecologie évolutive et génétique".


Ses intérêts de recherche concernent l'origine de la grande diversité d'organismes qui peuplent la planète : comment une telle diversité de formes, de modes de vie, d'interactions entre plantes, animaux, microorganismes a-t-elle évolué depuis 3,8 milliards d'années sur notre planète ?
Sur le plan méthodologique de ses recherches, elle développe une approche intégrant des expériences de type comportemental, physiologique, chimique, et moléculaire, et travaillant sur différents groupes d'animaux : insectes surtout, mais aussi mammifères, nématodes, et acariens.

Caroline Nieberding a publié jusqu'à présent une trentaine d'articles et de chapitres de livres. Elle fait aussi partie des membres fondateurs du groupe de réflexion Louvain4Evolution de UCLouvain qui diffuse la théorie de l'évolution par des conférences annuelles en français destinées au grand public. Elle encourage aussi l'accès gratuit aux résultats de la recherche scientifique, financée par les taxes publiques et destinée in fine au grand public, en développant la Peer Community in Evolutionary Biology.

Caroline Nieberding préside l'Ecole Doctorale du Fonds national de la recherche scientifique (FNRS) en "Biologie, Ecologie et Evolution" (BEE). Elle enseigne une dizaine de cours -de la première année de baccalauréat au niveau master 2- en Evolution, Ecologie, Ecologie moléculaire, Comportement animal et Biogéographie, à l’UCLouvain ou dans d'autres universités comme Paris VI (France), en promouvant la vidéo-conférence pour éviter les déplacements inutiles. 

Récemment, ses collaborations avec les climatologues de UCLouvain, dont le Prof. Jean-Pascal van Ypersele et le Prof. Michel Crucifix, lui ont fait prendre conscience de l'importance de coupler le travail des climatologues (les rapports de l'IPCC- Intergovernmental Panel on Climate Change,  ou GIEC-
Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat) à celui des écologistes (les rapports de l'IPBES- The Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services) car ces deux disciplines documentent différentes facettes d'une seule et même crise environnementale :  la sixième extinction majeure de la vie actuellement en cours.

Pour la première fois dans l'histoire de la vie sur terre, cette crise environnementale est le résultat direct des activités destructrices menées par l’espèce humaine. Une crise dont les conséquences risquent d’être fatales tant pour la biodiversité que pour l’espèce humaine elle-même.  Le grand public n'ayant que très difficilement accès aux informations nécessaires pour pouvoir juger de la gravité de la situation et des conséquences pour notre santé et notre confort de vie, Caroline Nieberding a décidé, en partenariat avec d’autres collègues scientifiques, de transférer au plus vite au grand public, sur le site web de son équipe de recherche "  Team Evolutionary Ecology and Genetics ", les connaissances des écologistes, des climatologues mais aussi des médecins.

Pour consulter ce site web, cliquez ici  :  " Comprendre la crise de la biodiversité : à lire sans modération ".


Enfin, considérant qu’il est important d’agréger toute bonne volonté, Caroline Nieberding a lancé, avec le climatologue Jean-Pascal Van Ypersele, l'initiative 2019 #WeChangeForLife. Ce projet rassemble en français, néerlandais et anglais, les témoignages de 256 expertes et experts belges en climat, biodiversité, santé humaine, économie, politique, géographie,... sur les changements de vie personnels que ces scientifiques ont mis en place pour respecter notre environnement. Cette plateforme veut donner à tout un chacun des moyens concrets d’adopter un comportement éco responsable et participer ainsi à un mouvement collectif de protection de l’environnement.
 

Pour en savoir plus sur #WeChangeForLife cliquez sur la vidéo :

Le 24 octobre 2019 Caroline Nieberding organise à l’UCLouvain une conférence sur le rôle des activités humaines sur la crise de la biodiversité. Pour plus d’infos cliquez ici.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK