L'Ethiopie, berceau de l'humanité

Illustration
2 images
Illustration - © Tous droits réservés

Olivier et Catherine sont de grands rêveurs et ils aiment le sport. C'est donc normal qu'ils partent pour faire un voyage de 12 000 km, de la Turquie à Madagascar à vélo. Ils se retrouveront en Éthiopie en novembre 2002. Ils y resteront pendant 7 mois. Olivier vient nous raconter son voyage coup de cœur.

Qu'est-ce que l'Ethiopie ?

Surtout ne pas croire les stéréotypes. On pense souvent à famine, guerre ou encore désert en mentionnant l’Éthiopie. C'est pourtant un pays gigantesque habité par 80 groupes ethniques avec autant de langage et plus de 200 dialectes. Ils sont orthodoxes principalement.

Partir, mais pour faire quoi ?

Ils voulaient prendre le temps de découvrir les gens et le pays. Ils ont décidé de prendre leur vélo et de réaliser 3500 km. Certaines distances seront très courtes sur un jour. Ça leur permettait de rencontrer plus de gens.

Ce voyage a été le début de beaucoup de choses. Olivier a publié son premier livre-photo. Les photos ont été tirées en dias, que Olivier et Catherine transportaient dans leur sac sans aucune certitude de l'état dans lequel ils allaient les retrouver.

Allons boire un coup

À Adis-Abeba, ils ont pris un train construit à la fin XIXe, début du XXe par les Français dans le but de rejoindre l'Est de l'Éthiopie. À la gare, l'héritage français se fait ressentir. Le bistrot du coin s'appelle "Le café de la gare". Les cheminots qui s'y retrouvent parlent français, jouent à la pétanque, et boivent un café ou un pastis. Le train devait partir à 8h du matin. Ils ont eu le temps d'observer la population et de faire beaucoup de rencontre.

Harar, ville d'Arthur Rimbaud

Le but du train était donc d'arriver à Harar. C'est une des villes mythiques du pays, classée au patrimoine mondiale de l'humanité par l'UNESCO et où Arthur Rimbaud a vécu. C'est également la 4e ville sainte de l'Islam au monde grâce à ses 82 mosquées intramuros. À Harar, c'est le sophisme qui prime.

Il se passe également des rencontres intéressantes. Près de 2 portes du murs qui encerclent la ville, des gardes nourrissent les hyènes sauvages. C'est une tradition qui date depuis le XIVe siècle. Un homme aurait rêvé qu'il fallait nourrir les hyènes pour résister à la famine. Elles servent également d'éboueuses. Il fût un temps où des rues spéciales étaient réservées aux hyènes et où elles pouvaient circuler pour faire les poubelles.

La boucle du Nord

C'est 3000km si on la fait en entier. C'est là qu'on trouve les plus beaux témoignages de l'Histoire et de la religion. On y trouve Aksoum qui est le berceau du christianisme éthiopien. Ils assistent aussi au Timqet à Lalibella du 18 au 20 janvier. C'est le baptême du christ. C'est la fête la plus colorée du calendrier orthodoxe éthiopien.

Ils vont aussi dans l'état fédéral du Tigré. On y trouve un des trésors les mieux préservés du pays : 166 églises rupestres taillées toujours en activité dans la montagne au XIIIe siècle. Ça ressemble à l'Ouest américain.

Enfin, ils iront dans le parc national du Simien. Ils laisseront leurs vélos dans un bouiboui parce que le parc est plus facile à faire à pied. Ils partent pour 7 jours de marche. Ils feront la rencontre de la faune locale : les singes géladas, apparentés aux babouins, dernier grands singes herbivores d'Afrique. Ils approcheront également des Ibex.

 

"Je suis tombé en plein paradis."

"On a attendu jusque 18h pour que le train se mette en branle."

"On a loué les services d'un muletier."

"On a eu la chance d'avoir 3 mois de visa ce qui nous a permis de la faire en une fois."

"L’Éthiopie, c'est le premier endroit au monde où les trois monothéismes se rejoignent et vivent en paix."

"La vraie Éthiopie c'est 80% des plus hautes montagnes d'Afrique."

Les objets d'Olivier

Olivier nous a principalement amené son livre de photo qui est le premier d'une longue série.

Suivez Olivier Bourguet

Vous pouvez retrouver les photos d'Olivier sur son site internet.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK