L'Espagne championne du monde en matière de don d'organes

L'Espagne championne du monde en matière de don d'organes
L'Espagne championne du monde en matière de don d'organes - © BelgaImage

En Espagne, le taux de donneurs est le plus important au monde, avec un taux de réussite des greffes très conséquent. 44 donneurs décédés par million d'habitants : les spécialistes considèrent que c'est un très bon chiffre. Chez nous, ce taux est de 28 donneurs par million d'habitants. La Belgique avec ses 11 millions d'habitants compte 1200 personnes en attente d'un organe.

Un reportage de Sarah Maquet
pour Transversales

_____________________________

Plusieurs types de dons

Auparavant, la donation n'intervenait qu'après un décès par mort cérébrale. La mort cérébrale, c'est la perte irréversible et définitive des fonctions du cerveau, qui se manifeste par une absence totale de réaction à une série de réflexes codifiés.

Avec les progrès de la médecine, le nombre de demandeurs augmente constamment, alors un nouveau type de prélèvement se développe depuis quelques années, qui relève du classement Maastricht, et concerne cette fois des patients morts d'un arrêt cardiaque.

En cas d'arrêt cardiaque, après 30 à 45 minutes de vains essais de réanimation, on arrête et le patient est déclaré mort. On peut alors décider dans certains hôpitaux de faire une procédure de "donneur à coeur arrêté", dit "instable" : on attend pendant une période définie par la loi, où on n'a pas le droit de toucher le patient : en Suisse, c'est 5 minutes, en Italie, 10 minutes, ce qui est trop long, en France, 2 ou 3 minutes. Après ce laps de temps, on peut commencer à réanimer, mais il ne s'agit alors plus d'un patient, c'est "une personne décédée".

Un 2e cas de "donneur à coeur arrêté" est dit "stable" : il concerne un patient qui ne réagit pas mais n'est pas en mort cérébrale parce qu'il respire encore. Avec la famille, on décide qu'on arrête le soutien cardio-respiratoire et qu'on tente un prélèvement d'organes. Cette situation est plus fréquente, les organes obtenus étant mieux contrôlés.

Dans chaque hôpital, une équipe est chargée de repérer les donneurs potentiels et de parler aux familles. L'Espagne n'a jamais fait aucune campagne de sensibilisation au don. Mais le film de Pedro Almodovar "Tout sur ma mère" a fait mieux que n'importe quelle campagne, en abordant ce sujet de façon très délicate.

Qui peut être donneur ?

En Espagne, le taux de réponse négative pour le prélèvement des organes d'un proche décédé est de 15 %, pour 30 % en France, et un taux à peu près équivalent à celui de l'Espagne pour la Belgique. Ces trois pays ont en commun le principe du "tous donneurs". Un registre national est accessible aux coordinateurs de transplantation, pour vérifier si la personne a fait opposition au don, ou a été proactive en spécifiant qu'il voulait être donneur, ou n'a rien spécifié du tout. Celui qui n'a fait aucune démarche est censé être donneur selon le principe du "qui ne dit mot consent". Mais l'accord de la famille est demandé. 

La transplantation rénale est la plus demandée en Belgique et fait parfois appel aux donneurs vivants. Sur plus de 1000 transplantations de rein, 110 sont faites à partir de donneurs vivants.

Toute une recherche se fait aussi sur la xénotransplantation, qui concerne des organes provenant d'animaux et des outils permettant de modifier génétiquement les animaux pour éviter les problèmes d'incompatibilité. Ou encore sur des organes artificiels ou bio-artificiels, qui constitueront une source infinie d'organes ou de cellules de remplacement, dans un futur plus ou moins proche, et avec un coût relativement élevé.

 

L'Europe engagée contre le trafic d'organes

Parmi les 130 000 greffes réalisées dans le monde en 2016, l'OMS estime que 10 000 d'entre elles ont eu lieu à partir de transactions illicites d'organes. Des mesures doivent être prises pour retracer les réseaux qui exploitent sans scrupules la nécessité des patients qui ont besoin d'un organe et le désespoir des personnes défavorisées de nombreux pays.

Le reportage complet, à écouter ici, à partir de la cinquième minute

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK