L'Edito

RTBF
RTBF - © RTBF

Edito international avec Willy Vandervorst.

POUR CE POINT SUR L'ACTUALITE INTERNATIONALE, NOUS REVENONS BIEN EVIDEMMENT SUR LE RENVERSEMENT EN TUNISIE DU PRESIDENT BEN ALI, ET DU DEVENIR DE CETTE REVOLUTION.

Les Tunisiens viennent de donner une fameuse leçon en renversant très rapidement un dirigeant qui n'est - tout compte fait - pas si différent de nombreux autres. Et il en est probablement plusieurs d'entre eux à se demander si leur trône tient aussi à un événement apparemment mineur... un quasi fait divers dont on ne peut mesurer a priori la potentialité dévastatrice. En quelques toutes petites semaines, la Tunisie a basculé. Dans ce court laps de temps, le président tentait de sauver son trône en multipliant de manière pathétique les offres de redressement économique, social et de liberté d'opinion notamment. Vendredi matin, le quotidien "La Presse de Tunisie" titrait encore, citant Ben Ali: "Je vous ai compris tous, je vous ai tous compris"! En fait Ben Ali n'avait rien compris... trop confiant dans sa police, dans ses tortionnaires, dans sa garde rapprochée.

Les Tunisiens qui ont défilé par vague - offrant eux-aussi leur vie pour leurs idées - ces Tunisiens ont rapidement fait tomber un régime coupé de sa population, abusant d'elle, méprisant ses besoins et ses envies, notamment celles de liberté. "Nous voulions cette révolution, nous l'avons faite, nous l'avons gagnée" ont crié ces manifestants, regroupés derrière un slogan aussi direct que simple: "Ben Ali dégage" et "Ben Ali a finalement dégagé"! Les révoltés Tunisiens, tous les Tunisiens (sauf une minorité compromise avec l'ancien pouvoir), tous ont alors exprimé leur fierté d'avoir eux-seuls gagné un combat qui leur a rendu une dignité trop longtemps bafouée.

Reste évidemment à franchir maintenant un nouveau et difficile cap: celui de la construction d'un nouveau pays. Un passage complexe dont on sait qu'il aiguise de nombreux appétits, comme on a déjà pu s'en apercevoir dans ce va-et- vient de ministres pour la transition. Les Tunisiens vont devoir faire des choix importants dans l'immédiat. Devront-ils notamment en décider avec des hommes qui ont participé au pouvoir renversé? La manière de réaliser ces choix va soulever des polémiques qui seront d'autant plus vives que les attentes de la population sont énormes. Ce qui va se passer dans les jours qui viennent ne sera cependant pas importante pour la seule Tunisie. Le chemin emprunté servira d'exemple pour de nombreux peuples confrontés aujourd'hui à une classe dirigeante sclérosée, incapable de se renouveler, et déconnectée d'une population sans espoir mais pleine d'ambitions.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK