VIDEO - 'L'école des farceurs' - Le cinéma de Jacques Tati

VIDEO - 'L'école des farceurs' - Le cinéma de Jacques Tati
11 images
VIDEO - 'L'école des farceurs' - Le cinéma de Jacques Tati - © Tous droits réservés

C’est sur les différentes dimensions de la vie de Jacques Tati et de son travail de cinéaste (qui suscite l’admiration tant il s’investit sur ses projets en allant jusqu’au bout de ses ambitions esthétiques) que Jean-Louis Dupont s'attarde, en compagnie de Stéphane Goudet, fin connaisseur de l’œuvre de Jacques Tatischeff :  

C’est un des cinéastes qui a le mieux capté la modernité de l’époque, le passage d’une France rurale ('Jour de fête') à une France moderne en train de se convertir à l’architecture internationale ('Playtime'). 

Pourquoi Tati a-t-il refusé de tourner la suite des aventures du facteur, malgré son succès ?
Dans quelles circonstances s'est inventé le personnage de Hulot?
Pourquoi a-t-il, lui, survécu durant quatre films et comment a-t-il évolué ?
Comment caractériser le style du cinéaste Tati et évaluer son apport à l'histoire du genre burlesque ?  

Autant de questions que Décadrages aborde avec Stéphane Goudet, dans cette vidéo-série en 3 épisodes.

Tati, le renouveau du burlesque

 

D'origine franco-russe, néerlandaise et italienne…, Jacques Tatischeff, écolier très moyen, était en revanche assez sportif et pratiquait le tennis, l'équitation et le rugby.

 

C’est dans ces équipes, et pendant son service militaire, qu’il se découvre un talent comique d’imitateur et de mime burlesque.

Un talent qu’il fera fructifier au Music-Hall dans les années 20 et 30 et, entre 1940 et 1942, il présentera son spectacle 'Impressions sportives' au Lido de Paris.

Parallèlement, durant les années 30, il sera à la base de quelques courts-métrages qu’il ne réalisera cependant pas lui-même : 'Oscar, champion de tennis' de Jack Forrester en 1932, 'On demande une brute' de Charles Barrois en 1934, 'Gai Dimanche' de Jacques Berr en 1935 et 'Soigne ton gauche' de René Clément en 1936.

Il passera à la réalisation en 1946 avec son court-métrage 'L'École des facteurs' qui préfigure son premier long-métrage : 'Jour de fête', tourné en 47 mais qui ne sortira en France qu’en juillet 1949.

 

Après ce succès, avec lequel Tati incarne le renouveau du burlesque, suivront 'Les vacances de Mr Hulot', 'Mon Oncle', 'Playtime', 'Trafic' et 'Parade'.

 

L'humour de Tati

Le 'gag, chez Tati, a sans doute moins pour fonction de faire rire au premier degré que de dévoiler ce que la vie quotidienne, le monde comme il va, peuvent avoir de drôle … si on y regarde de plus près.

Et puis, Tati traite les voix et les sons au plus proche de la perception quotidienne et ce procédé est à l’origine, plus souvent qu’à son tour, de bien des situations drôles et cocasses.

 

L'invité de Décadrages, Stéphane Goudet

Stéphane Goudet, qui connait l’ensemble des collaborateurs de Tati encore vivants, est critique de cinéma (à la revue Positif), Professeur d’histoire et d’esthétique du cinéma à l’Université Paris-I (Sorbonne), et est auteur d'ouvrages sur le cinéma en général et sur Jacques Tati en particulier :

  • Playtime avec François Ede. Editions Cahiers Du Cinema, Paris, 2002
  • Jacques Tati, de François le facteur à Monsieur Hulot, Editions Cahiers Du Cinema, Paris, 2002
  • Buster Keaton, Editions Cahiers Du Cinema, Coll. Les grands cinéastes, Paris, 2008
  • Alain Resnais, Collectif dir. Stéphane Goudet, Editions Gallimard, 2002
  • Jacques Tati : Deux temps, trois mouvements, de Macha Makeieff et Stéphane Goudet, 2009

 

Il est également directeur du cinéma "Le Méliès" de Montreuil depuis plus de 15 ans (le plus grand cinéma public art et essai de France ) et l’auteur de nombreux films d'analyse des films de Jacques Tati :

À l'américaine, film d'analyse de Jour de Fête (78 min)

Beau temps, vent léger, sur les Vacances de M. Hulot (39 min)

Tout communique, sur Mon Oncle (51 min)

Like Home, sur Playtime (18 min)

En piste, sur Parade (29 min)

Séquences de Playtime commentées par Jérôme Deschamps (12 min) et Stéphane Goudet (12 min)

Les leçons du professeur Goudet, analyse du cinéma de Jacques Tati par Stéphane Goudet et Simon Wallon-Brownstone (31 min)

Filmographie de Jacques Tati  

Courts métrages restaurés 

- On demande une brute (1934 - N&B - 24 min)
- Gai dimanche (1935 - N&B - 21 min)
- Soigne ton gauche (1936 - N&B - 13 min)
- L'école des facteurs (1946 - N&B - 15 min)
- Cours du soir (1967 - Couleur - 27 min)
- Dégustation maison (1976 - Couleur - 13 min)
- Forza Bastia (1978 - Couleur - 26 min)
Courts métrages restaurés (1.37 - 4/3)

Longs-métrages (restaurés en haute définition)

Jour de fête Version 1949 - N&B - 84 min    
Les vacances de Mr Hulot 1953 (version 1978) - 84 min   
Mon oncle 1958 - 111 min  
Playtime 1967 - 119 min
Trafic 1971 - 94 min 
Parade 1974 - 86 min


 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK