Kristof Calvo : "Quand on est élu à la Chambre, on travaille pour l'intérêt général pas pour une entreprise"

Kristof Calvo : "Quand on est élu à la Chambre, on travaille pour l'intérêt général pas pour une entreprise"
Kristof Calvo : "Quand on est élu à la Chambre, on travaille pour l'intérêt général pas pour une entreprise" - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Siegfried Bracke, Le président de la chambre est sur la sellette après la révélation de son mandat chez Telenet. Comment les députés peuvent-ils s'appliquer de nouvelles règles de déontologie ? Pourquoi la Flandre est-elle frappée, elle aussi, par ces scandales politiques ?

Bertrand HENNE reçoit Kristof CALVO, député GROEN, chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre.

 

Les déclarations fortes de l'invité :

"[A propos de Siegfried Bracke] On veut un autre chose d'un président de la chambre, c'est une fonction à plein temps surtout durant ces temps difficiles. Normalement, c'est quelqu'un qui doit être le moteur d'un renouveau politique, d'un travail collectif sur l'avenir de notre démocratie."

"[A propos de Siegfried Bracke] Quand on est élu à la Chambre, on travaille pour l'intérêt général pas pour une entreprise."

"[Sur les intercommunales] J'espère qu'après les grandes déclarations, les actes vont suivre. Je m'inquiète de la situation actuelle [...] C'est logique qu'avec toutes ces affaires les gens perdent leur foi dans la politique [...] Si le cynisme gagne, on est tous des perdants"

"C'est un honneur d'être élu à la Chambre [...] Je pense que c'est un travail à plein temps [...] Nous avons une proposition sur le dé-cumul intégral [...] et nous voulons des règles plus strictes et plus claires sur les mandats et les rémunérations privées."

"Je pense que les écologistes sont les enfants de cette époque. Nous avons un rôle très important en Flandre mais aussi ailleurs."

"[Sur le survol de Bruxelles] Je donne raison aux citoyens de Bruxelles et de Flandre [...] Ça devient tout de suite un débat communautaire alors que la santé des gens n'est pas un débat communautaire. Les habitants de Bruxelles et de Flandre ont les mêmes craintes et les mêmes inquiétudes. Je n'ai qu'une seule proposition pour ce dossier [...] que Charles Michel s'enferme dans une salle de réunion avec les responsables politiques et n'en sorte que lorsqu'ils ont trouvé une solution"

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK