"Karl Marx m'aide à trouver des réponses" Raoul Peck, 'Le jeune Karl Marx'

Raoul Peck
Raoul Peck - © Tous droits réservés

Après Patrice Lumumba et I Am Not Your Negro, nommé aux Oscars en 2017, le réalisateur, scénariste et producteur haïtien Raoul Peck présente son nouveau film "Le jeune Karl Marx". Ce biopic débute en 1844, Karl Marx a 26 ans. Il est journaliste et philosophe. Il vit en Allemagne, mais victime de censure, il décide de s’exiler à Paris avec sa femme Jenny. Il va y croiser Friedrich Engels, le fils d’un propriétaire d’usines qui enquête sur la condition du prolétariat anglais. Ensemble, ils vont dépeindre une nouvelle vision de l’humanité et créer " Le manifeste du Parti Communiste. "

James Baldwin et Karl Marx m'ont formé

Raoul Peck se penche donc sur la jeunesse de Karl Marx, mais pourquoi ? " Je n’avais pas le choix ! Comme pour I Am Not Your Negro (dans lequel il parle de la vie de James Baldwin un écrivain, noir, homosexuel et américain).Que j’avais commencé presque en même temps, il y a dix ans. C’était pour un artiste, pour un cinéaste, revenir aux fondamentaux. C’est-à-dire que je fais un cinéma dans un contexte actuel, dans les batailles d’aujourd'hui. Quand je me rends compte que le terrain est miné, qu’on ne s’écoute plus, qu’il n’y a plus d’histoire, qu’il n’y a plus de politique, que la science n’a plus de consensus, (…). C’est donc face à cette espèce de montée de l’ignorance qu’il fallait que je donne une réponse."

"Et la seule réponse que j’avais et que je pouvais donner, c’est ce qui m’a formé. En l’occurrence James Baldwin et Karl Marx. Parce que j’ai étudié pendant quatre ans "Le Capital". On étudie Marx, il se voulait scientifique également. Le politique a pris le dessus plus tard. Et par la suite, on en a fait des monstres et beaucoup d’autres choses. Lui n’aurait certainement pas adhéré à tout cela, car il était profondément un démocrate. C’était un jeune qui voulait changer le monde et certainement pas en faire un goulag. "

La société n’a absolument pas bougé

Raoul Peck est haïtien, mais il a vécu au Congo, aux Etats-Unis, en France et en Allemagne. C’est pendant ses études en Allemagne que Karl Marx et James Baldwin l’ont aidé à trouver des réponses aux contradictions qui étaient devant lui. " J’étais plutôt engagé dans la jeunesse allemande et toute la jeunesse étrangère présente à Berlin. C’était une ville très politisée. C’était l’époque des luttes, c’était donc une ville en ébullition. Marx pour moi, à ce moment-là, c’est quelqu’un qui explique la société dans laquelle je suis et dans laquelle j’existe. Il m’explique comment elle fonctionne."

"C’est une société historiquement claire qui fonctionne sur un mode de production qui est le salariat. Et qui fonctionne autour du profit, de sa nécessité et de son accumulation peu importe ce que ça coûte. C’est la société dans laquelle je vivais et dans laquelle je vis encore. Car la société, dans ce sens-là, n’a absolument pas bougé. Au contraire, on accumule et l'on voit les méfaits du capital financier. Mais c’est la même société capitaliste qui est historiquement définie. Marx, son travail fondamental a été d’analyser cette société et d'en donner le mode de fonctionnement central. "

L'intégralité de l'entretien, à écouter ici...

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

Recevoir