Journal du Web: Pourquoi des milliers d'Indiens attaquent Mère Teresa ?

Alors que la "petite sœur des pauvres" de Calcutta était canonisée au Vatican et que les catholiques du monde entier célébraient son engagement, des milliers d’Indiens l’ont vivement critiquée sur les réseaux sociaux. En Inde, le mot-clé #FraudTeresa sur Twitter a dépassé les hashtags #MotherTeresa et #SaintTeresa combinés.

 

Les critiques envers la religieuse catholique ne sont pas neuves, en Inde, mais elles ont changé d’origine. De son vivant, des mouvements de gauche indiens lui reprochaient son manque d’implication dans la lutte politique contre la pauvreté. Des activistes estiment qu’elle n’a rien fait pour encourager les classes les plus défavorisées à revendiquer un système social plus équitable. Son approche conservatrice de la religion ne l’a pas non plus poussé à défendre l’émancipation des femmes et leur intégration économique.

 

Aujourd’hui, Mère Teresa est plutôt la cible de la droite nationaliste hindouiste. Elle dénonce en particulier le prosélytisme religieux de Mère Teresa et de sa congrégation. "Elle avait un agenda caché. Elle s’intéressait moins aux pauvres qu’à la conversion des Indiens", affirme un tweet. Des internautes émettent aussi des doutes sur l’affectation des millions d’euros que sa congrégation continue de recevoir de donateurs étrangers.

 

Au-delà, c’est posture de "sauveuse blanche" qui est dénoncée. Beaucoup d’indiens l'associent à la période coloniale. Mais il faut dire que la contestation s’est propagée, en particulier, parmi les partisans du BJP, le très puissant parti nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi. L’ascension spectaculaire du BJP a profondément modifié la société indienne ces deux dernières décennies.

 

En réaction à cette vague de protestations, des milliers d'internautes Indiens ont en revanche pris la défense de Mère Teresa. Certains ont, par railleurs, regretté que d'autres figures indiennes n'aient jamais été reconnues par les occidentaux pour leurs engagements humanitaires. 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK