Jeter ? Pas question ! Réparons ensemble !

Près de 300 Repair Cafés existent aujourd'hui en Belgique
2 images
Près de 300 Repair Cafés existent aujourd'hui en Belgique - © Repair together

Réparer ensemble, c’est l’idée du Repair Café. Un espace chaleureux ouvert à toutes les réparations possibles et imaginables.

Luc Deriez, l'un des fondateurs de l'asbl Repair Together, le réseau des Repair Cafés francophones, rappelle l'origine de ce concept, né aux Pays-Bas en 2009, à l'initiative d'une journaliste qui appelait à apporter des objets à réparer dans un théâtre d'Amsterdam. On compte plus de 250 Repair Cafés aujourd'hui dans ce pays.

En Belgique aussi, leur nombre a explosé, depuis le premier café qui s'est ouvert à Ixelles en 2012, avec un succès immédiat. Ils sont près de 300 désormais.

Un principe collaboratif

On apporte au Repair Café son objet en panne, nécessairement de taille assez raisonnable pour pouvoir être transporté. Des bénévoles mettent en oeuvre leurs compétences pour réparer avec vous votre objet. Un don participatif est bienvenu, totalement libre.

On peut tout amener. On y trouve principalement du petit électro-ménager : le lecteur DVD, la chaîne HiFi, l'aspirateur, le grille-pain, mais aussi l'ordinateur, le smartphone, le vélo,... Des petites réparations de couture sont aussi proposées, tout comme du petit bricolage : petit mobilier, visserie, clouterie, informatique hardware et software...

On y travaille dans une bonne ambiance. Les bénévoles sont des personnes de tous âges, de toutes origines. Des ateliers, des formations sont régulièrement prévus entre eux, pour qu'ils puissent échanger et transmettre leurs compétences.

La clientèle des repair cafés est elle aussi intergénérationnelle.

On ne dépose pas simplement son objet, on peut en profiter pour apprendre ! La réflexion est collective sur la solution à apporter pour réparer l'objet. Enormément de pannes sont bénignes : on pourrait réparer soi-même un fil déconnecté, replacer un petit condensateur à 2€... et éviter de jeter, ce qui constitue toujours une catastrophe environnementale, dit Luc Deriez.


Concurrence ou complémentarité ?

On pourrait croire que ces services entrent en concurrence avec les réparateurs agréés, qui facturent assez chers.  Mais il n'y a pas vraiment de concurrence, c'est plutôt complémentaire, répond Luc Deriez. Aujourd'hui, le marasme économique est tel qu'il y a de la place pour tout le monde.

Il faut savoir que les Repair Cafés se sont créés en 2012 parce que les réparateurs faisaient défaut et qu'on n'avait souvent pas d'autre choix que de jeter les objets défectueux à la poubelle.

Certaines réparations ne sont pas prises en charge par les Repair Cafés, qui renvoient alors vers les réparateurs agréés. Le site Repair Together propose d'ailleurs un annuaire de la réparation, qui renseigne ces personnes. 

Il arrive fréquemment que les personnes qui arrivent au Repair Café soient déjà passées chez un réparateur ou dans un magasin, où on leur a dit que l'objet était trop vieux, ou trop cher à réparer, ou qu'on ne trouvait plus les pièces...
 

L'importance de la durabilité 

Les Repair Cafés militent pour prolonger la durée de vie des produits.

Luc Deriez déplore que, pour faire réparer un objet, le coût de la main d'oeuvre soit souvent exorbitant, tout comme le taux de TVA à 21%. C'est pour cela que les gens sont peu enclins à réparer. 

Il y a aussi les effets de mode, le marketing : les gens préfèrent jeter et acheter car ils sont sans cesse attirés par la nouveauté.

L'obsolescence logicielle jour aussi un rôle important : les constantes nouvelles versions rendent l'ordinateur obsolète. Les Repair Cafés peuvent y remédier en installant des logiciels libres qui fonctionnent très bien.

Les Repair Cafés travaillent en collaboration avec des initiatives de reconditionnement et de revalorisation, comme cf2d à Anderlecht ou les Ressourceries ou Recyparcs en Wallonie. Il est donc possible d'y donner vos petits électroménagers même en panne, pour pièces.

Repair Together veut également sensibiliser les citoyens à de meilleurs achats en termes de durabilité, entre autres via des actions dans les écoles. Il faut veiller à acheter des produits qui sont réparables, démontables et non jetables à priori. Le site propose d'ailleurs des tutoriels pour réparer soi-même ses objets défectueux.

Tout comme commentreparer.com, ifixit.com sont deux sites qui vous donnent des trucs et astuces pour réparer vous-mêmes vos pannes.

Produitsdurables.fr est un site qui conseille le meilleur appareil à acheter, en fonction de sa durabilité, de la possibilité de réparation.

Des indices de réparabilité devraient être affichés sur les produits, pour nous guider dans nos choix. Ce serait une sorte d'éco-label, et c'est d'ailleurs en projet au niveau européen. Une prise de conscience politique est nécessaire mais c'est la pression citoyenne qui sera déterminante.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK