#Jesuislà: Les internautes s'organisent pour un web plus positif

Si vous passez beaucoup de temps en ligne, vous avez peut-être l’impression qu’il règne sur les réseaux sociaux une ambiance négative. Entre les fausses informations, les publications coups de gueule ou les commentaires négatifs, vous avez même peut-être déjà été tenté de supprimer tous vos comptes. Mais certains internautes bienveillants ont décidé de contre-attaquer cette négativité.

Ce sont des sortes de justiciers du web, mais qui ne portent pas de costume, ni de masque. Ils n'ont pas non plus de surnom de super-héros pour dissimuler leur identité et leur arme favorite n'est autre que leur clavier d’ordinateur ou de smartphone.

Ces internautes sont des citoyens qui veulent dire stop à la haine et à la désinformation sur les réseaux sociaux.

Parce qu’il faut bien l’admettre, face à des commentaires, des posts insultants, ou des fake news, nous avons généralement tendance à détourner le regard, a continuer de "scroller". Parce que nous n’avons pas le temps, pas d’arguments, ou que nous pensons que ça ne vaut pas la peine de répondre. 

Mais pour éviter que cette négativité pollue entièrement notre fil d’actualité, des citoyens bienveillants ont décidé de répondre, de commenter, d’interpeller ceux qui justement tentent de propager cette négativité en ligne.

Une armée de volontaires

Certains de ces défenseurs 3.0 agissent seuls, mais ils sont tout de même nombreux à se retrouver sur des groupes Facebook ou des forums.

Des groupes, où ils partagent des réponses préécrites aux commentaires qui reviennent le plus, ou bien des astuces pour savoir comment rester diplomate face a des trolls et comment engager un vrai débat de fond.

Ils organisent aussi une veille pour garder à l’œil les publications autour de thèmes qui génèrent typiquement des messages de haine comme l’immigration ou le sexisme.

Certains de ces groupes sont secrets, d'autres ouverts à tous. Et parmi la galaxie de groupes qui existent, il y a un petit nouveau. 

Il s’intitule #Jesuislà et a été créé début janvier. A l'heure où nous écrivons ces lignes il n’a que 215 membres, mais c’est le petit frère (ou le cousin), version francophone, d’un groupe suédois #Jagärhär qui lui a été créé en 2016 et qui regroupe près de 75 000 membres.

Ont-ils une chance d'arriver à leurs fins ?

Difficile à dire. Mais selon Slate, il y a de l'espoir puisque des chercheurs ont mis en lumière le fait que si le premier commentaire visible sous une publication est positif, alors les autres internautes ont tendance à être plus positifs dans leurs réactions.

Par ailleurs, Facebook aime bien mettre en avant le fait qu'il est très réactif lorsqu'une plainte est déposée par un internaute concernant la suppression de contenus à caractère haineux ou extrémistes.

 Et c’est une bonne chose, c'est vrai.

Mais au-delà de la répression, ce que les justiciers numériques veulent, c’est susciter le débat, la discussion, sensibiliser les internautes et les éduquer pour que le web de demain, soit un web meilleur.   

 

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK