"Je ne veux pas être un Américain idiot" : la chanson de Green Day résonne particulièrement à la veille des élections américaines

Les temps chantent nous plongent en musique dans une époque qui fait encore écho aujourd’hui. Cécile Poss se penche sur le contexte de création d’une chanson, les paroles d’un titre qui collent encore aujourd’hui à l’actualité ou une période de l’histoire illustrée par les musiques composées à ce moment-là. Cet épisode raconte la chanson "American Idiot" de Green Day composée en 2004 et qui résonne plus particulièrement à l’approche des élections américaines.

 

 

En 2004, le groupe Green Day s’inquiète de la réélection de G.W. Bush. Ils traduisent leurs craintes de passer pour une nation idiote dans l’une de leurs chansons, American Idiot.

Le titre résonne particulièrement à la veille des élections américaines puisque les peurs et reproches adressés à l’encontre de Bush pourraient également être formulés à l’égard de Donald Trump.

Selon les membres du groupe, les médias sont responsables du manque d’information auprès des Américains.

Au lieu d’évoquer les sujets graves, ils se contentent de reporter des faits divers sans importance.

Je ne veux pas être un Américain idiot, une nation contrôlée par les médias.

chante Billie Joe Armstrong en 2004.

Quelques années plus tard, au sujet de Trump il complète son propos en déclarant :

CNN, Fox News, MSNBC, et toutes les chaînes d’information du câble ont abordé cette campagne présidentielle comme une (putain) d’émission de téléréalité. C’est comme Family Freud. On oppose deux familles, on les fait répondre à des questions. Ce n’est pas de l’info. Ils ont créé Donald Trump, les médias ont créé Donald Trump.

On est arrivé à un point où tout ce dont les gens parlaient c’étaient les e-mails, les agressions sexuelles. Et bien que ces questions aient leur importance, on en a oublié toutes les autres, la sécurité sociale, le changement climatique. Il n’y a plus de problématique, il ne s’agit que d’attaquer. Je pense qu’ils ne font plus de vrai journalisme. Je pense que les Etats-Unis sont dans une sorte de crise de la culture populaire, comme une guerre civile.

Je réalise que nos libertés civiques sont en danger maintenant que nous avons un gouvernement entièrement conservateur. "

 

Intervenants dans cet épisode :

-Nicole Bacharan : politologue, spécialiste des Etats-Unis

-Laurent Rieppi : Historien du rock, journaliste à Classic 21.

-Billie Joe Armstrong : chanteur du groupe Green Day.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK