"Je ne veux pas" : comment motiver son enfant ?

Des astuces à mettre en place pour éviter les 'non' et les 'je ne veux pas'
Des astuces à mettre en place pour éviter les 'non' et les 'je ne veux pas' - © Pixabay

"Je ne veux pas ", voilà une phrase que votre enfant prononce certainement souvent, quand il ne veut pas se lever, se laver, s’habiller, se coucher, manger, faire ses devoirs,… Pour ne pas faire de ces moments un conflit, mieux vaut mettre en place quelques astuces. Pour vous y aider, les psychologues Aurélie Callet et Clémence Prompsy ont publié, aux éditions Au Fil De Soi, "Je ne veux pas".


Dépêche-toi, dépêche-toi… De nos jours, les parents malmènent beaucoup les enfants avec leur horaire d’adultes qui les presse sans cesse, alors que leur rythme d’enfant est plutôt sain : jouer, rester là où ils sont, bien investir chacune de leurs activités. Il ne faut pas s’étonner dès lors que l’enfant réponde si souvent "non" ou "je ne veux pas".

Ce livre cherche à créer des retrouvailles entre les impératifs des parents et les besoins et pulsions des enfants. Chaque conseil donné implique une question de temps : la grande règle est qu’il faut prendre son temps avec les enfants.

Les parents sont parfois en désaccord sur les règles à appliquer au niveau des enfants. Les deux psychologues espèrent réconcilier les parents, pour aller vers la bienveillance et la discipline positive, avec un respect du cadre, de la fermeté et de la transmission des valeurs.


L’importance du dialogue

Les punitions, la menace, le chantage à la privation sont improductifs. Ils peuvent fonctionner une fois, deux fois, mais ne sont pas efficaces de manière pérenne, en matière d’éducation. Les enfants ont par ailleurs une grande capacité à instrumentaliser ces méthodes et à les appliquer eux-mêmes. Ils mettent aussi souvent le doigt sur nos propres paradoxes.

Il est donc nécessaire, non seulement de prendre du temps avec l’enfant, mais aussi d’accorder du temps au dialogue, d’essayer de le responsabiliser sans pression, en lui donnant le choix entre diverses solutions, en faisant confiance à sa pensée, à son ressenti.

Il faut donner du sens aux règles qu’on met en place et les aider à s’investir dans ces règles. On peut leur expliquer pourquoi on la met en place et pourquoi elle paraît avoir du sens pour nous, et il est important de permettre à l’enfant de les remettre régulièrement en question.


Obtenir la coopération de l’enfant

Quand l’enfant dit "je ne veux pas", ce n’est pas nécessairement un caprice, nous enseignent les neurosciences.

Le livre explique brièvement comment fonctionne le cerveau de l’enfant, pour que les parents puissent mieux le comprendre et ne pas être dans une autorité 'bête', axée sur la soumission et sur la loi du plus fort.

Le moment du coucher, par exemple, peut être facilité en partageant un petit choix, un petit jeu, un peu d’humour, tout en conservant sa fermeté et son cadre. Le but est d’obtenir au maximum la coopération de l’enfant.


Quelques conseils

Les devoirs du soir sont souvent un moment de tension, qui peut finir dans les crises ou dans les larmes. Il ne faut pas hésiter à déléguer cette tâche à une personne neutre ou à inscrire son enfant à l’étude dirigée. Le temps de conflit en famille sera ainsi potentiellement diminué, tout le monde sera plus apaisé. La soirée et le moment du coucher se passeront d’autant mieux.

En ce qui concerne la façon de travailler, il faut être à l’écoute de ce que l’enfant préfère : certains travaillent dans le calme, d’autres dans la musique, certains encore en remuant sans cesse…. Il n’est pas nécessaire de s’énerver, chacun peut avoir sa méthodologie de travail et il faut pouvoir l’entendre. Ce qui est important c’est le résultat et pas les moyens employés pour y arriver.

En matière d’habillement : laissez l’enfant avoir mauvais goût, recommande cet ouvrage. L’astuce est de maîtriser ce que vous achetez, ce que l’enfant trouvera dans l’armoire, de façon à éviter des combinaisons malheureuses.

Sur leur site KidzetFamily, Aurélie Callet et Clémence Prompsy proposent mille astuces pour aider les parents trop occupés et en manque d’imagination à entrer dans un nouveau processus avec leurs enfants. Par eux-mêmes, ils pourront ensuite trouver plein d’autres idées pour passer de meilleurs moments ensemble.

 

Écoutez-les dans Tendances Première

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK