"James Bond ne ferait pas une très longue carrière dans un vrai service de renseignement"

" James Bond ne ferait pas une très longue carrière dans un vrai service de renseignement "
" James Bond ne ferait pas une très longue carrière dans un vrai service de renseignement " - © Tous droits réservés

Alors que la saison 4 du "Bureau des Légendes" est diffusée sur Canal +, Bruno Fuligni décrypte la série et les archives des services de renseignement français qui continuent à fasciner. Rencontre avec l’auteur et historien dans Jour Première.

Fiction documentée

Selon Fuligni, la série française est très vraisemblable, on y reconnaît des lieux, des affaires, des techniques. L’histoire et les personnages sont évidemment fictifs, mais tout est très bien documenté puisque bon nombre d’éléments réels ou organismes ont nourri les scénaristes, que ce soit la DGSE (dont le logo officiel est d’ailleurs utilisé) ou d’autres services secrets internationaux.

 

Identités multiples

Ces fameuses légendes dont on parle sont en fait de fausses identités que les agents doivent endosser lorsqu’ils entament une mission de longue durée. Il ne suffit pas d’avoir un autre nom, il est nécessaire de se construire une vie et une biographie complètement différentes pour rester crédible en parlant de sa fausse histoire. En plus de cette identité fictive, les employés d’un même service se donnent bien souvent des pseudos entre eux pour limiter le risque d’être reconnus.

 

Mythe…

Les officiers de renseignement sont finalement des gens ordinaires qui font des choses extraordinaires. Le personnage de James Bond n’aurait par exemple pas fait long feu dans les services secrets avec ses voitures rutilantes et sa manie de répéter son nom, la principale qualité d’un espion étant de passer inaperçu. Dans ses films, il exerce également tous les métiers à la fois alors qu’en réalité, chacun possède sa spécialité et œuvre à sa manière à la bonne réalisation d’une mission.

 

… Et réalité

Aujourd’hui, il y a énormément d’espions partout sur la planète, plus qu’il n’y en a jamais eu dans toute l’histoire. À titre d’exemple, plus de 200.000 personnes travaillent pour les services secrets chinois. Le secteur du renseignement est donc devenu une fonction importante de l’État et ne cesse de recruter.

"Le bureau des légendes décrypté" est paru aux Éditions l’Iconoclaste. Pour en savoir plus, écoutez l’interview de Bruno Fuligni ci-dessous.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK