Isabelle Saporta : "Cher moustique OGM, espérons qu'on n'inventera jamais un homme OGM, il pourrait être encore plus bête que nous ne le sommes déjà "

Isabelle Saporta : "Cher moustique OGM, espérons qu’on n’inventera jamais un homme OGM, il pourrait être encore plus bête que nous ne le sommes déjà "
Isabelle Saporta : "Cher moustique OGM, espérons qu’on n’inventera jamais un homme OGM, il pourrait être encore plus bête que nous ne le sommes déjà " - © Tous droits réservés

Isabelle Saporta,  journaliste, spécialiste des questions d’environnement et d’agriculture, candidate pour les élections municipales de 2020 à Paris se prête à l’exercice d' "En toutes lettres !", la nouvelle séquence phare de "Dans quel monde on vit" sur La Première.

Cher moustique OGM, ou pour reprendre ton petit nom de laboratoire, cher OX 513 A 

Pardonne-moi, cher moustique, de dévoiler ainsi, sans ménagement, et publiquement, le secret de ta naissance. Alors voilà. Tu es issu d’une idée un peu folle, de savants qui ne l’étaient pas moins, 

Aidés en ce grand œuvre par une entreprise privée animée, une fois n’est pas coutume, par un dessein altruiste: protéger les hommes de maladies telles que Zika, la fièvre jaune ou le paludisme qui a lui seul, touche chaque année 200 millions de personnes et en tue près de 250 000.   

Et qui les propagent ces maladies ? Hein ? Petit moustique ? Toi !  Enfin, non pas toi, l’OGM, mais les moustiques les vrais, les naturels, les " qui n’ont pas " été modifiés, mais qui nous cassent les pieds.

Aussi, dans le silence de leurs laboratoires, des chercheurs t’ont mis au point, Toi, petit mâle de sangs mêlés, mi moustique, mi cobaye. Ta mission si tu l’acceptes ? Séduire les femelles, Et leur offrir une descendance… Qui, jamais n’atteindra l’âge adulte. 

Bref, ton rôle est au fond de stériliser tout le monde… 

Une solution miracle que le Brésil s’est empressée d’essayer ! 450 000 de tes congénères ont ainsi été lancés dans la nature pour un essai en vrai !  Et ? Eh ben ça n’a pas si bien marché que ça. 

Tes larves qui ne devaient pas survivre… ben 4% d’entre elles sont en pleine forme. A tel point d’ailleurs, qu’elles sont devenues grandes, et ont convolé elles aussi, en justes noces…

Et ?

Eh, ben t’as une sacrée descendance mon veinard ! Les chercheurs de Yale aux Etats-Unis ont pu établir que 10 à 60%  des moustiques qu’ils ont prélevés après les lâchers d’OGM… sont des hybrides. Bref, qu’ils ont du sang et des gênes à toi… 

Ouf, mais dis-moi, c’est pas très rassurants tout ça ! On sait ce que qu’ils vont donner dans la nature, ces moustiques hybrides ? Ben non, on sait pas trop en fait… Va falloir surveiller tout ça ma bonne dame, mon bon monsieur. Mais rassurez-nous, ces hybrides, ils ne vont pas être plus dangereux quand même que les moustiques naturels que les OGM devaient éradiquer ?

Silence de mort du corps de la recherche qui, pour l’instant, et on s’en réjouit, n’a pas encore prouvé, que ces moustiques seraient plus dangereux que les naturels. Croisons les doigts donc pour que ces Frankenstein ne soient pas des bombes à retardement, résistant à tout.

Dites-moi, est ce qu’au moins, ces lâchers de créatures bizarres ont permis de faire baisser la population de moustiques au Brésil ? Ben non ! Elle a même rebondi.

 Mais nooooon !  On n’a pas peur, ça devrait bien se passer tout ça, je le sens bien. 

Vous vous souvenez de cette chanson de l’entre-deux guerres : " Tout va très bien Madame la marquise, tout va très bien tout va très bien… "


Sauf qu’à la fin, tu apprends que tout a cramé.

Je ne sais pas vous mais moi, la façon dont l’homme joue avec la nature, rivalisant d’ingéniosité pour inventer des solutions toujours plus absurdes, pour répondre aux déséquilibres qu’il a lui-même engendré… Eh ben ça me fait flipper.

Espérons qu’on n’inventera jamais un homme OGM, sait-on jamais, il pourrait être encore plus bête que nous ne le sommes déjà.

Quoiqu’il en soit porte toi bien, cher moustique, et à bientôt !

Isabelle Saporta

   


Pour la sixième saison de l’émission “Dans quel Monde on vit”, Pascal Claude propose un nouveau rendez-vous baptisé "En toutes lettres !". Chaque samedi, un chroniqueur partage une lettre adressée à une personnalité qui occupe le devant de l’actualité, à un inconnu qu’il a repéré ou à une personne qui le fait rêver…

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK