"I Shot The Sheriff" : une chanson qui évoque les violences policières et le conservatisme religieux

Les temps chantent nous plongent en musique dans une époque qui fait encore écho aujourd’hui. Cécile Poss se penche sur le contexte de création d’une chanson, les paroles d’un titre qui collent encore aujourd’hui à l’actualité ou une période de l’histoire illustrée par les musiques composées à ce moment-là.  

I Shot the sheriff: une chanson reggae, au rythme agréable qui semble être anodine.

On devine aisément que le titre évoque les violences policières, on s’attend moins à ce que la chanson puisse traduire le conservatisme religieux de son chanteur. Bob Marley confiait avoir originellement voulu écrire I shot the police.

Par craintes des polémiques, il choisit finalement sheriff. Ce terme peut-être à cause de la popularité des films western en Jamaïque. Dreadlocks ou rasta, pas une goutte d’alcool, beaucoup de marijuana, l’icône du reggae, était, comme beaucoup de jeunes jamaïcains, un adepte du rastafarisme.

Comme dans toutes les religions, certains aspects sont sexistes. Le rastafarisme n’échappe pas à la règle. Pas question d’avoir un quelconque contrôle sur les naissances. Le sheriff de la chanson symbolise aussi bien le policier violent que le gynécologue qui voudrait prescrire la pilule à ces patientes. I Shot the sheriff sort en 1973 et propulse Bob Marley et le reggae sur les scènes du monde.

 

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK