Histoire du monde

Siège du journal à Paris
Siège du journal à Paris - © Belga

Le journal Le Monde que vous trouverez dans les kiosques ce matin propose un supplément de 16 pages consacré à l'Algérie. Problème : il s'agit d'un publi-reportage. Cela suscite le malaise au sein de la rédaction et des critiques en Algérie. Une histoire de Robin Cornet.

"Stratégies Internationales", c'est le titre de ce supplément imprimé sur papier journal. Une édition spéciale pour le cinquantenaire de l'indépendance de l'Algérie. A la 'Une', une grande photo du président Abdelaziz Bouteflika. Il y est longuement interviewé comme plusieurs de ses ministres. A bien y regarder, ce cahier porte la mention "publi-communiqué". Et, plus que les 50 ans d'indépendance, ce sont les 13 ans de la présidence Bouteflika qui sont mis à l'honneur.

C'est une création de l'agence com' parisienne "

Mediaction international". Un supplément publicitaire, en somme. La Société des rédacteurs du Monde s'insurge. Les lecteurs sont induits en erreur. L'association des journalistes estime que cela crée une confusion entre promotion et information journalistique. Le supplément est, en outre, annoncé par un encart sur la vraie Une du Monde et là, il n'est pas fait mention de son caractère commercial. Pour couronner le tout, l'agence de communication à l'origine de la pub, a diffusé un communiqué de presse, illustré du logo du Monde, pour annoncer ce qu'elle présente comme un "supplément économique". Confusion totale. De fait, hier, l'agence de presse Algérienne a repris, dans une dépêche, des propos du président Bouteflika indiquant qu'ils étaient extraits d'un "entretien au journal Le Monde".

Une interview, une vraie, le Monde en avait sollicité une, en avril. Mais les services de la présidence avaient décliné. "Bouteflika ne veut pas répondre aux questions des journalistes français, alors il trouvé une astuce pour éviter les interrogations gênantes sur son bilan, sur la démocratie ", ironise le site indépendant Tout sur l'Algérie. Taux de chômage sous les 10%, croissance soutenue. Le bilan dressé est enviable. C'est "une littérature à laquelle les algériens sont habitués", raille le site Dernière Nouvelles d'Algérie. "On croirait l'une de ces audiences du Ramadan lors de laquelle le chef de l'Etat fait chaque année un bilan de son action". Cet autre site indépendant explique que le fameux supplément publicitaire a été payé avec des fonds publics.

"L'opération de communication tourne au fiasco", titre Tout sur l'Algérie qui estime que la diplomatie algérienne "ne comprend pas le mode de fonctionnement d'une vraie rédaction indépendante". TSA qui trouve bien ironique que pour célébrer les 50 ans de son indépendance, l'Algérie ait choisi de s'offrir une tribune dans un journal français.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK