Histoire du Monde : une mosquée pour les couples homosexuels

HM2F
HM2F - © HM2F

Une mosquée accueillant les homosexuels ouvrira ce vendredi à Paris. Les prières se tiendront temporairement dans un temple bouddhiste et mélangeront hommes et femmes. En plein débat sur le mariage gay, les fondateurs de cette nouvelle mosquée annoncent que les couples de même sexe pourront s’y marier religieusement. Robin Cornet.

Ludovic-Mohamed Zahed a un parcours hors du commun. Il le raconte dans un livre intitulé "Le Coran et la chair". Algérien, il est encore enfant quand sa famille émigre en France. Il prend conscience de son homosexualité à l’adolescence. Difficile acceptation. En quête d’identité, il se plonge dans la religion. "J’ai appris la moitié du Coran par cœur", dit-il dans le Nouvel Obs. Revenu en Algérie, il fréquente un groupe salafiste, alors que le pays bascule dans la violence. Il se détachera de cet islam radical pour assumer, petit à petit, son homosexualité. Sa vie devient un long combat contre les brimades et la discrimination. Un combat aussi contre le sida qu’il a contracté à 19 ans. C’est, récemment, lors d’un congrès sur la maladie, qu’il rencontre Qiyam al-Din, son compagnon sud-africain. Les deux hommes se sont mariés en Afrique du Sud où le mariage est un droit pour tous. Puis, ils se sont mariés religieusement en France où Ludovic-Mohamed Zahed a fondé l’organisation Musulmans 2 France. Elle compte environ 300 membres, pas nécessairement homosexuels. Leur point commun, c’est de refuser l’intolérance et une vision dogmatique de l’islam. C’est cette association qui est à l’origine de ce projet de mosquée inclusive, ouverte à tous, qui sera lancé ce vendredi.

De telles mosquées existent aux Etats-Unis ou au Canada où un islam progressiste - certes minoritaire - émerge depuis quelques années. Zahed défend qu’à aucun moment, dans le Coran, il n’est explicitement question de l’homosexualité. "Si le prophète était encore vivant, il aurait certainement marié des couples homosexuels", pense-t-il. Selon lui, ce sont des interprétations biaisées des textes, des amalgames et l’ignorance qui donne une lecture homophobe et misogyne de l’islam. Dans sa mosquée de l’unicité, les femmes - voilées ou non - ne seront pas séparées des hommes. Tout le monde priera côte-à-côte. Un temple bouddhiste Zen qui soutient le projet prête ses locaux. L’association cherche déjà un autre lieu pour y ouvrir une mosquée à part entière qui permettra d’accueillir plus de fidèles.

Et aussi

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK