Histoire du monde : rapatriement

tahrir
tahrir - © rtbf

Un enseignant français rapatrié d'Egypte. Il avait participé à la contestation populaire et il avait arboré une pancarte "casse-toi pauvre con" place Tahrir.

Aline Wavreille nous raconte cette histoire du monde. Comme des milliers d'Egyptiens, ce professeur de français défilait Place Tahrir au Caire... C'était il y a plus de 15 jours... Lorsque la rue égyptienne s'accrochait de toutes ses forces à son rêve de démocratie.

Place de la libération: Une marée de slogans. Sur la plupart, on pouvait lire: Moubarak dégage!
Et d'autres déclinaisons... L'enseignant  avait lui choisi d'écrire sur sa pancarte: Casse-toi pauvre con...
Une invective devenue célèbre dans l'Hexagone et ailleurs..
Depuis qu'elle a été prononcée par le président français Nicolas Srakozy au salon de l'Agriculture à Paris, Il y a près de 3 ans.

L'enseignant en question aurait expliqué à une télévision française qu'il avait choisi ce slogan
Pour que Nicolas Sarkozy lui aussi appuie le départ de Moubarak. Des images, des clichés qui remontent... On ignore comment précisément jusqu'au Quay d'Orsay... Quelques jours plus tard, l'enseignant est convoqué à l'ambassade française du Caire...
Puis il est rapatrié en France....  Dans un premier temps: pour des raisons de sécurité.
Mais plusieurs médias affirment que ce Français marié à une Egyptienne aurait hérité d'un blâme.

Le Quai d'Orsay expliquera plus tard qu'en tant que fonctionnaire français,
L'homme est tenu à un devoir de réserve. Pour l'heure, le professeur refuse de répondre aux journalistes...
Télérama, l'hebdomadaire qui a révélé cette histoire, croit savoir pourquoi.
Il se pourrait que le ministère des affaires étrangères ait promis à l'enseignant un retour au pays plus rapide...
S'il acceptait de taire l'affaire.

On s'en souvient... La référence à cette réplique de Nicolas Sarkozy avait déjà causé des ennuis à un autre citoyen français.
Le parquet l'avait poursuivi pour outrage au président de la république.
Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK