Histoire du monde: la popularité du Colonel Khadafi

Colonel Khadafi
Colonel Khadafi - © Tous droits réservés

Considéré par beaucoup comme un tyran, le Colonel Kadhafi est resté très populaire dans plusieurs pays d'Afrique subsaharienne. Et notamment, au Mali, Robin Cornet.

Des portraits de Kadhafi à Bamako. Ici, le Guide autoproclamé 'Roi des Rois d'Afrique', a séduit par ses discours anti-colonialistes et sa vision d'un continent africain uni. Mais pas seulement. Du Mali à l'Afrique du Sud… du Libéria à Madagascar, Kadhafi a aussi acheté la fidélité des peuples et de leurs dirigeants grâce à l'argent du pétrole. "Il a partagé. Ce n'est pas tous les pays producteur qui partagent ainsi leurs ressources", dit un porte parole du gouvernement malien au NYT qui a publié une enquête très intéressante sur le sujet. On y fait la rencontre d'El Hadj Maiga… qui dirige un groupe de 200 jeunes militants maliens pro-Kadhafi à Bamako. Il explique que la mosquée dans laquelle il prie, c'est Kadhafi qui l'a fait construire. Que la télé publique qu'il regarde, c'est Kadhafi est à l'origine de sa création...  Et que même le siège du gouvernement, a été en partie financé par le leader libyen… Ce complexe moderne s'appelle d'ailleurs la Cité Administre Mouammar el Kadhafi. Le groupe que dirige El Hadj Maiga ressemble plus à un fan club qu'à une milice, dit le journaliste… mais ses membres affirment qu'ils sont prêts à se battre pour le défendre le Colonel. Ça tombe bien car apparemment, il recrute des mercenaires  dans plusieurs pays. Quelques milliers de maliens auraient rejoint la Libye, dit-on  et il parait que c'est bien payé. Mais ces rumeurs sont difficiles à vérifier. Personne n'est en tout cas venu proposer d'embaucher les hommes d'El Hadj Maig qui ont pourtant distribué des tracts à la gloire du Guide libyen dans tout le quartier. Sur tout le continent, les holdings détenues par le clan Kadhafi ont investi dans des usines, des hôtels, des supermarchés, des rizières ou des mines de diamants. Mais  aussi dans des dirigeants politiques et dans des groupes rebelles. Certains l'accusent d'ailleurs d'avoir déstabilisé la région en armant des milices touaregs rebelles ou les combattants djanjawids responsables de massacres au Darfour. La Libye apporte aussi 15% du budget de l'Union Africaine qui demande aujourd'hui l'arrêt des raids de la force internationale sur la Libye.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK