Histoire du Monde : la marque maasaï

Masaai
Masaai - © Google

Jérémy Audouard a pointé une info originale publiée dans la presse internationale.

Les Maasaï sont certainement l'un des peuples les plus connus d'Afrique. Ils représentent près de 3 millions de personnes. Les Massaï sont tellement connus qu'aujourd'hui, des grandes marques reprennent ce nom pour des campagnes marketing. Pour certains, c'en est trop ! Une organisation vient d'être créée pour protéger le nom et toucher des royalties.

Plus qu'un peuple, les Maasaïs incarnent aujourd'hui un business très juteux. Il faut dire que des grandes marques se sont réapproprié leur image. Jaguar, Louis Vuitton, Calvin Klein ou encore Ralph Lauren. Des entreprises se servent du label Massaï pour faire passer tout types de messages. Ils sont associés à des 4 X4, des chaussures de sports ou encore des chemises.

D'après un avocat néo-zélandais spécialisé dans la propriété intellectuelle, plus de 10.000 entreprises utiliseraient ainsi ce terme à des fins commerciales. Toujours selon cet avocat, six de ces entreprises ont empoché près de 75 millions d'euros au cours des 10 dernières années, en se basant sur le nom de ce peuple africain.

Pour certains Massaï, l'utilisation commerciale à outrance est un pillage de leur identité. En réaction à ce phénomène, Isaac Ole Tialolo a fondé "l'initiative pour la propriété intellectuelle Massaï." En quelques sortes, son but est de créer la marque Massaï, pour pouvoir la protéger et en tirer quelques bénéfices. Le combat peut s'avérer difficile. Car reste à définir les limites de l'identité culturelle Massai...

Une grande partie d'entre eux a désormais délaissé le mode de vie de guerriers et d'éleveurs pour adopter les normes occidentales. 70% d'entre eux vit d'ailleurs sous le seuil de pauvreté. D'après leur avocat, la marque Maasaï pourrait leur rapport 7,4 millions d'euros tous les ans. Ce n'est pas la première fois qu'un peuple prend ce genre d'initiative.

Ainsi, les aborigènes d'Australie et les indiens Navajo contrôlent déjà leur image.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK