Histoire du Monde : histoire d'un tweet

Twitter
Twitter - © Google

Grégoire Comhaire vous raconte l'Histoire du Monde.

Aux Etats-Unis des hackers sont parvenus à faire plonger Wall Street après avoir piraté le compte Twitter de l'agence de presse américaine AP. Les pirates ont twitté la nouvelle d'un double attentat contre la Maison Blanche. C'était évidemment un canular mais cela a suffit à faire paniquer les marchés. Le Dow jones a perdu 130 points. Quand à l'indice S&P 500, il a enregistré une perte de plus de 130 milliards de dollars. Une enquête a été ouverte par le FBI. C'est l'histoire du monde que nous raconte Grégoire Comhaire.

Les journalistes le savent mieux que personne, les informations provenant des agences de presse sont d'une fiabilité irréprochable. Des agences de presse de dimension mondiale, il y en a principalement trois. La française AFP, la britannique Reuters et enfin l'américaine AP. La plus grande entreprise de presse des Etats-Unis.

167 ans de présence dans les médias. 3000 journalistes, des bureaux dans le monde entier. Comment s'étonner dès lors que tout Wall Street ait pris au sérieux cette incroyable annonce de double attentat contre la maison blanche. Deux explosions, Barack Obama blessé, ce sont ces mots que on a pu lire sur Twitter. Un tweet qui, sans mauvais jeu de mot, a fait l'effet d'une bombe dans toutes les salles de presse.

En quelques minutes, le Dow jones s'est effondré. Les autres indices boursiers l'ont suivi. Il a fallu un point presse immédiat du porte-parole de la Maison blanche pour taire la rumeur et redonner aux marchés du poil de la bête. L'attaque informatique a été revendiquée par des pirates syriens favorables au régime de Bachar Al Assad. L'Armée Syrienne Electronique, c'est son nom, n'en est pas à son coup d'essai puisqu'elle a déjà piraté les systèmes informatiques d'autres médias par le passé. Elle avait notamment hacké le compte Twitter de l'Agence France Presse, en février dernier, en y publiant des photos et des documents.

Les militants de l'Armée Syrienne Electronique avaient également attaqué les systèmes informatiques de Sky news, Al-Jazeera et CBS. Mais c'est la première fois qu'il parviennent à semer un vent de panique pendant quelques minutes chez leur ennemi. Deux millions d'utilisateurs de Twitter ont en effet reçu la fausse nouvelle de l'attentat contre Barack Obama. Plusieurs centaines l'ont retweetée. Il faudra peut-être admettre à l'avenir que même lorsqu'elle provient d'une agence de presse de renommée mondiale, une information doit toujours être recoupée.

En attendant, AP a suspendu son compte Twitter jusqu'à nouvel ordre. Le FBI et la commission américaine des affaires boursières ont chacun ouvert une enquête.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK