Histoire du monde : guerre de sécession

guerre de secession
guerre de secession - © google

Les États-Unis ont commémoré mardi le 150e anniversaire du début de la Guerre de Sécession. C'est l'histoire du monde racontée ce matin par Roberto Denis.

Une Guerre de Sécession qui débuta le 12 avril 1861 pour quatre ans de conflit sanglant entre le Nord abolitionniste (on parle d'esclavage) et le Sud des confédérés, et dont le souvenir marque encore les relations entre les communautés. Comme l'a dit un historien de l'université de Floride, William Link, la Guerre de Sécession est l'un des événements les plus significatifs de l'histoire américaine, car il a défini une nation.

Mais un constat s'impose : même à l'heure d'un président noir à la Maison Blanche, historiens et experts en sciences politiques ne cachent pas que les relations raciales et le pouvoir des États fédérés sont encore des questions délicates dans la société américaine. Le but premier de la Confédération, les états du sud, était de préserver le système de l'esclavage, un objectif que certains, encore aujourd'hui, préfèrent passer sous silence.

L'année dernière, le nouveau gouverneur républicain de Virginie, a ainsi instauré la célébration d'un « Mois de la Confédération », sans mentionner l'esclavage, pourtant source du plus sanglant conflit de l'histoire américaine avec plus d'un demi-million de morts et autant de blessés. Les réactions ne se sont pas fait attendre. Le gouverneur a dû présenter des excuses tout en maintenant cette célébration annuelle du souvenir, a-t-il dit « des sacrifices des dirigeants confédérés, des soldats et des citoyens pendant la Guerre de Sécession ».

Même parmi la population, le consensus n'est pas de mise sur les causes de la guerre civile : 48 % des Américains estiment que les États ont combattu pour leur liberté quand 38 % pensent que l'esclavage était au coeur du conflit. Il faut rappeler que onze États sudistes, la Caroline du Sud en tête, avaient décidé de prendre leur indépendance alors que le président Abraham Lincoln promettait l'Émancipation des esclaves, une proclamation qui devait entrer en vigueur le 1er janvier 1863.

Pour des historiens, l'élection de Barack Obama a été le tournant marquant de l'évolution des États-Unis en tant que démocratie multiraciale, un processus qui a ses origines dans la fin de la Guerre de Sécession. Aujourd'hui la population américaine est beaucoup plus diversifiée, les minorités n'étant pas constituées que de Noirs. Les États-Unis comptent plus de 50 millions d'Hispaniques, plus de 16 % de la population globale, 42  millions de Noirs et près de 15  millions d'Asiatiques, les Blancs étant 197 millions.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK